Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Couvre-feu et suspension de vols : Les Marocains étudiant à l’étranger ont peur de se retrouver coincés


Rédigé par Soukaina Guedira le Vendredi 25 Décembre 2020

Suite à la découverte d'une nouvelle souche du coronavirus en Angleterre et aux mesures sanitaires imposées aux Maroc, nombreux sont les étudiants marocains en Europe, qui s'inquiètent pour l'avenir de leur cursus académique.



Jeudi 24 décembre, Sarah fait ses valises. L’étudiante franco-marocaine qui a passé toute sa vie au Maroc jusqu’au baccalauréat l’a quitté afin de poursuivre ses études à Paris. La jeune femme dont toute la famille continue de vivre au Maroc devra se priver de Noël cette année. La raison ? Une peur de se retrouver bloquée au Maroc. « Ça m’embête de m’en aller mais je n’ai vraiment pas le choix… Au début je devais rester jusqu'après le Nouvel An… Mais l’apparition du nouveau virus en Angleterre, le couvre-feu au Maroc… Tout ça m’angoisse et j’ai peur qu’ils referment les aéroports comme lors du premier confinement ».

L’inquiétude de Sarah est grande puisque ses partiels débuteront le 4 janvier à Paris et il est hors de question de les rater « je préfère rater Noël en famille, chose qui ne m’est jamais arrivée, que de rater mes partiels. C’est ma dernière année et c’est hors de question que je puisse la redoubler et encore moins à cause d’un virus ».


Sarah n’est pas la seule dans cette situation. Beaucoup de ses camarades marocains étudiant à l’étranger sont dans le même cas ,comme Youssef, qui, lui, étudie à Londres. Le jeune homme de 21 ans ne semble pas être aussi angoissé par la situation que son amie. « Je ne pense vraiment pas qu’ils vont nous enfermer au Maroc », plaisante l’étudiant.

« C’est impossible même s’il y a un changement de virus en Angleterre, ça ne devrait pas être leur problème ici, je ne cherche pas à rentrer au Maroc mais à le quitter ! ». Youssef a donc décidé de rester plus longtemps au Maroc, jusqu’au cinq janvier « au moins » puisque beaucoup de ses amis étudiant à l’étranger sont rentrés pour les fêtes de fin d’année. Le jeune homme blague : « C’est vraiment pas le nouvel an auquel on s’attendait avec le couvre-feu mais ce n’est pas grave, on est assez libre quand même au Maroc et surtout on revoit des amis qu’on avait pas vus depuis au moins un an à cause du virus, c’est une bouffée d’air frais qu’on avait pas à l’étranger ».


Si beaucoup d’étudiants angoissent pour leurs partiels, d’autres ont d'autres raisons qui expliquent leur empressement de quitter le pays : le titre de séjour. C’est le cas de Houda. La jeune femme étudiant en France a fait un pari risqué : prendre son billet retour pour la France le 5 janvier alors que son titre expire le 10 du même mois. Elle trouve tout de même le temps d’en rire « j’ai vraiment fait n’importe quoi mais ça fait tellement longtemps que je ne suis pas rentrée au pays… Mes parents me manquaient et puis je ne pouvais pas faire autrement… Au moment où j’avais pris mes billets il n’était pas question de couvre-feu au Maroc et ce nouveau virus était inexistant ».

Jusqu’à présent, aucun vol n’a été annulé ou déplacé pour ces étudiants ou leurs amis. Les vols vers de nombreux pays européens restent disponibles. Quant à la situation concernant le Royaume-Uni, le Maroc a décidé de « suspendre ses vols » avec le pays depuis dimanche dernier à cause de la nouvelle variante de Covid-19. Seulement, les billets d’avion du Maroc à destination du Royaume-Uni sont toujours disponibles à la vente sur le site de la Royal Air Maroc et donc les vols maintenus… De plus il y a toujours la solution de prendre un billet à destination d’un autre pays européen, y faire escale puis se rendre en Angleterre.

  


Dans la même rubrique :
< >