Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Coronavirus et confinement : Quel impact sur la situation socio-économique et psychologique de la population ?


Rédigé par A. CHANNAJE le Jeudi 21 Mai 2020

Le HCP vient de dévoiler les premiers résultats de son enquête d’impact du Coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages



La plupart des ménages ont adopté des gestes barrières pour se protéger contre le Covid-19. Ph. MAP
La plupart des ménages ont adopté des gestes barrières pour se protéger contre le Covid-19. Ph. MAP
Réalisée du 14 au 23 avril 2020, l’enquête a ciblé un échantillon de 2.350 ménages représentatif des différentes couches socio-économiques de la population selon le milieu de résidence, urbain et rural.

Il en ressort, en premier lieu, que 34% des ménages se sont confinés avant même l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. Alors que 54% ont commencé le confinement depuis l’adoption de l’état d’urgence sanitaire, et 11% depuis la promulgation du décret-loi relatif à la déclaration de l’état d’urgence.

 Globalement, le HCP estime que près de huit ménages sur dix (79%) ont respecté entièrement les règles du confinement et 21% partiellement. L’institution, dirigée par Ahmed Lahlimi, montre aussi que les personnes qui sortent pendant le confinement sont surtout les chefs de ménage (82%), suivis des personnes âgées de 25 à 59 ans (15%). L’approvisionnement domestique est la principale raison de sortie du domicile pour 95% des chefs de ménage.

Une large information sur les symptômes du Covid-19

L’enquête fait également le point sur les connaissances des ménages sur le Covid-19. Il en ressort que les symptômes du Covid-19 les plus connus par les chefs de ménage sont la fièvre, avec une part de 89%, la toux sèche (77%) et la dyspnée (64%).

En revanche, 7% des ménages n’ont aucune connaissance de ces symptômes.

L’enquête montre, en outre, que la totalité des ménages (99,5%) a adopté des gestes barrières pour se protéger contre le Covid-19. Elle souligne, à cet égard, que les différentes mesures prises consistent principalement à se laver les mains avec du savon pour 97% d’entreeux.

Dans le cadre du degré de sensibilisation des ménages par rapport au Covid-19, l’enquête révèle que 83% des ménages sont au courant des différents numéros verts mis à la disposition de la population par les autorités sanitaires en cas de suspicion de symptômes de la pandémie.

Concernant les mesures de prévention dictées par les autorités pour freiner la propagation de la pandémie, 86% des chefs de ménage pointent la rigueur dans l’application du confinement.

Par ailleurs, pour rester informés sur l’évolution de la pandémie, 87% des chefs de ménage recourent principalement à la radio et à la télévision nationale.

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) viennent très loin derrière avec une part de 6%.

L’enquête révèle, par la suite, que 34% des ménages se sont retrouvés sans aucun revenu en raison de la pandémie. En cause, l’arrêt de leurs activités pour ne pas enfreindre le confinement, précise le HCP, notant qu’elle s’élève à 44% parmi les ménages pauvres, à 42% parmi les ménages de l’habitat précaire, à 54% parmi les artisans et ouvriers qualifiés, à 47% parmi les commerçants, et à 46% parmi les ouvriers et manœuvres agricoles.

Les aides publiques insuffisantes

Pour les aides publiques aux ménages pour perte d’emploi, le HCP souligne qu’un ménage sur cinq (19%) a reçu une aide de l’État pour compenser la perte d’emploi : 13% dans le cadre du programme RAMED et 6% dans le cadre du programme d’aide aux salariés formels (CNSS).

L’aide de l’Etat à travers le ciblage du programme RAMED a été évoquée par 67% des ménages bénéficiaires, 63% en milieu urbain et 81% en milieu rural.
 
Par ailleurs, 18% des ménages n’ayant pas perdu de l’emploi ont également bénéficié de l’aide de l’Etat, 13% en milieu urbain et 26% en milieu rural. Près de trois ménages sur quatre (72%) bénéficiaires de l’aide de l’Etat, estiment que ces aides ne sont pas suffisantes pour compenser la perte des revenus, 75,9% en milieu urbain et 55,7% en milieu rural.

Sur le même sujet, l’enquête nous apprend que 60% des ménages ayant un membre qui a perdu son emploi ont des difficultés d’accès aux aides publiques. 59% d’entreeux affirment qu’ils sont enregistrés mais non encore bénéficiaires. Les autres raisons se déclinent comme suit : 7% n’ont pas encore formulé leur demande au moment de l’enquête mais comptent le faire, 11% ne sont pas affiliés à la CNSS, 9% ne sont pas adhérents au RAMED et 3% estiment qu’ils n’ont pas besoin de l’aide.

A. CHANNAJE