Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Conférence annuelle des ministres du Triple A : Pour une agro-climatique africaine sécurisée et durable


Rédigé par La rédaction le Mardi 5 Novembre 2019

Du lundi 4 au mardi 5 novembre, Benguerir accueille la 2ème conférence ministérielle annuelle de l’initiative ifricaine d’Adaptation aux changements climatiques. Le chef lieu des Rhamna se positionne ainsi au centre de l’échiquier continental du développement durable et de la lutte contre les effets du réchauffement climatique.



Une importante conférence ministérielle se déroule depuis hier lundi à l’Université polytechnique Mohammed VI de Benguerir sur le thème : « La sécurité alimentaire face au changement climatique ».

Il s’agit de la 2ème Conférence ministérielle annuelle de l’Initiative africaine d’adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA), une solution à fort potentiel pour lutter contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique en Afrique.

Elle réunit les ministres et représentants de gouvernements africains, d’institutions financières internationales (World Bank, FAO, ADB), des donateurs du secteur privé, des universitaires et des scientifiques. Cette table ronde est l’occasion de dresser l’état des lieux de ce secteur porteur, mais aussi de se projeter dans un avenir proche où l’agriculture sera le socle du développement durable du continent.
 
Sujet préoccupant

Lancée à Marrakech en 2016 à la faveur de la COP22, l’Initiative tripe A (AAA) est née d’une prise de conscience alarmante. Celle qu’en Afrique, les questions liées à l’adaptation au changement climatique et au monde agricole ne sont guère prises en compte dans les négociations internationales et l’allocation de fonds. La rencontre de Benguerir vient dont à point nommé dans un contexte où l’autosuffisance alimentaire en Afrique est devenue un sujet préoccupant. En effet, 200 millions d’Africains vivent en état d’insécurité alimentaire, selon la FAO, bien que 70% des habitants du continent travaillent à plein temps dans l’agriculture. Tandis que parmi les 10 pays les plus menacés par le réchauffement climatique, six se trouvent en Afrique, alors que le continent n’émet que 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et possède 65% des terres arables du globe. L’Initiative AAA vise donc à apporter une réponse innovante et concrète aux défis posés par le changement climatique en Afrique, en mobilisant les connaissances internationales et les ressources intellectuelles et financières.
 
Dans cette optique, elle promeut et favorise la mise en place de projets concrets pour améliorer la gestion des sols, la maîtrise de l’eau agricole, la gestion des risques climatiques, les capacités et solutions de financement. A cet effet, les travaux de cette conférence traitent de l’état des lieux de l’agriculture africaine et de la sécurité alimentaire face au changement climatique. Les conférenciers planchent également sur l’amélioration de la sécurité alimentaire en renforçant la résilience de l’eau en Afrique ainsi que la gestion des risques climatiques. Et pour faire face aux extrêmes climatiques, les agriculteurs africains développent des mécanismes de survie. Ils prennent des mesures «courtermistes» qui dégradent les ressources, affectent la productivité et la régénération dans le temps. Pour ce qui est de l’élevage, l’Afrique est également confrontée à un défi de taille. Ce secteur, qui contribue à plus de 26% dans le PIB agricole africain est peu productif, car lié à des systèmes de production traditionnels très vulnérables face aux changements climatiques. A l’opposé, l'agroforesterie, qui combine cultures agricoles, arbres/arbustes et élevage, en synergie, offre de nombreux bénéfices pour les agriculteurs et les éleveurs, comme pour l'environnement.

Pour sa part, le Maroc se mobilise pour la réalisation de l’Initiative «Adaptation de l’Agriculture Africaine», comme l’a souligné le Souverain dans son discours de la Fête du Trône. Il rappelle également que le projet vise à animer «  un réseau africain d’expertise climatique, à partir du Centre de compétences en changements climatiques installé au Maroc».
 
Notons que l’Initiative AAA bénéficie du soutien actif de la CCNUCC, de la FAO et de 33 pays africains. Par ailleurs et depuis janvier 2019, le Triple A est géré par une Fondation, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

D’ailleurs, la Conférence annuelle des ministres AAA est désormais inscrite dans les statuts de cette Fondation, en tant qu’organe consultatif. C’est dire l’importance du conclave de ces deux jours à Benguerir.


Produire mieux, produire plus : Chiffres & Qualité des sols

La Fondation AAA

La Fondation de l’Initiative AAA a pour objectifs, entre autres, de défendre la cause de l’agriculture africaine et, particulièrement, celle de l’adaptation de l'agriculture africaine aux changements climatiques. Elle se veut aussi une force de proposition auprès des pouvoirs publics africains en vue d’inscrire, de manière prioritaire, des projets relatifs à l’adaptation de l'agriculture africaine aux changements  climatiques, dans leurs politiques publiques et promouvoir le débat et l’échange d’idées, etc.