Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ceuta : Démantèlement d’un réseau de trafic de migrants du Maroc vers l’Espagne


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 13 Avril 2021

Secondées par la Police européenne (Europol), les autorités espagnoles ont démantelé un réseau criminel de trafic des migrants, actif entre le Maroc et l’Espagne. Les ressortissants marocains et espagnols ont été arrêtés.




Grâce au concours de l’Europol, la police espagnole a pu procéder à l’arrestation de plusieurs personnes d’origine marocaine et espagnole, impliqués dans le trafic des migrants du Maroc vers l’Espagne à travers de détroit de Gibraltar. C’est ce qu’a annoncé, ce mardi, l’Agence européenne de police criminelle dans un communiqué.

Le réseau criminel a été démantelé suite à plusieurs opérations menées simultanément à Ceuta, Algesiras et La Línea de la Concepción par la Police espagnole et ce, sur la base de renseignements circonstanciés, fournis par l’Europol. « Plus de 150 policiers ont été déployés en Espagne pour arrêter les suspects, considérés comme dangereux en raison de leurs antécédents de crimes violents et de possession présumée d'armes », indique la même source, ajoutant que ce réseau était composé de ressortissants espagnols et marocains.

À l’issue des perquisitions, vingt suspects ont été arrêtés, ces derniers sont soupçonnés également d’être à l’origine de la mort de quatre personnes, noyées lors d’une traversée de la Méditerranée, explique l’Agence européenne. En outre, trois bateaux, des jerricans, des réservoirs de carburant et des armes ont été saisis.

Le réseau démantelé faisait passer des migrants clandestins, qui étaient souvent des mineurs, à travers le détroit de Gibraltar à bord de différents navires. Les passeurs exigeaient environ 2 500 € par personne pour les faire passer dans la côte espagnole. « Les suspects ont transporté les migrants dans des conditions mettant leur vie en danger sans aucune mesure de sécurité en cas d'urgence en mer. Les preuves suggèrent des liens entre le réseau et un naufrage mortel, qui a fait quatre morts en février», conclut la même source.


  


Dans la même rubrique :
< >