Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Casablanca-Settat : L’Istiqlal envisage de transformer la métropole


Rédigé par Siham MDIJI le Samedi 5 Juin 2021

Le Parti de l’Istiqlal vient de dévoiler les lignes directrices du programme du prochain mandat, 2021-2026, visant à mettre en place des projets de développement dans la région de Casablanca-Settat.



Sous le slogan « Au service des citoyens et citoyennes : du modèle de développement au programme régional », l’Istiqlal a récemment fait part de ses objectifs à atteindre au cours des cinq prochaines années, et ce, dans le but d’améliorer le cadre territorial de la région de Casablanca et la qualité de vie de ses riverains.

Outre qu’il démontre l’implication du parti dans le dynamisme royal du développement, le programme en question s’articule autour de trois principaux axes, ayant pour vocation première de créer de nouveaux postes d’emploi pour la promotion des droits de tous à une vie décente.

Une région à moult potentiels

Le Parti de la Balance a ainsi mis en exergue les différents potentiels de la région de Casablanca qui se caractérise par la diversité des activités économiques, notamment dans le secteur du commerce et de l’industrie. Ces deux domaines représentent 98% de la valeur ajoutée au niveau de l'axe Mohammedia-Nouaceur et Médiouna.

La sphère régionale peut être structurée selon trois points, en fonction des emplois créés dans la région, du niveau de vie et de la qualité des infrastructures. Le premier point concerne les provinces de Settat et Benslimane où une croissance économique indépendante de l'urbanisation est envisagée, et ce, en privilégiant l'accès aux services publics, l'urbanisation des quartiers résidentiels et la prise en compte des changements environnementaux.

Le second est relatif aux provinces d’El Jadida et Sidi Bennour. Ces deux provinces renferment des atouts importants qui leur permettent une intégration dans l’économie mondiale, à travers l’industrie et les services autres que financiers. Il est, de même, nécessaire de veiller à la préservation des richesses naturelles de la région, notamment le lac d’Oualidia menacé par l’urbanisation et les ressources marines et côtières.

Tandis que le troisième et dernier point fait référence au Grand Casablanca, première structure urbaine du Royaume, au sein de laquelle l’expansion urbaine doit être encadrée pour maintenir sa compétitivité et améliorer son attractivité.

Meilleure cadre de vie pour les Casablancais

Vu les difficultés structurelles et infrastructurelles auxquelles fait face la ville, l’Istiqlal vise à faire de la métropole un lieu où règne la justice sociale, en favorisant l’accès à la santé et à l’éducation, le renforcement de la participation de la femme à la chose politique et sociale, la lutte contre la pauvreté, et la mise en place des structures de solidarité pour les personnes en situation de handicap.  

Le parti a pour vocation de faire de Casablanca l’une des 15 villes les plus prometteuses et attractives dans le monde, dans les 10 à 20 années prochaines. Il vise, par ailleurs, à mettre en place certains projets de nature à contribuer à rehausser le statut de la ville dans le classement du cabinet international A.T. Kearney, qui réalise un classement Global Cities Index (CGI) selon cinq critères. Il s’agit de l’activité économique, le capital humain, l’échange d’informations, la culture et la gouvernance.

In fine, l’Istiqlal a une vision industrielle créatrice d’emplois à haute valeur ajoutée, agricole visant la préservation de l’environnement, et artisanale. Il compte, en outre, mettre en place un plan urgent pour sauver les secteurs de l’industrie et de l’informel qui exploitent le plus grand réservoir de développement économique et social du pays.

  


Dans la même rubrique :
< >