Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Casablanca : ‘’L7asla’’, immersion dans la vie des jeunes du Hay Mohammadi


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Mercredi 21 Octobre 2020

La face cachée de la jeunesse des quartiers populaires est dévoilée dans «L’7asla», le nouveau film de Sonia Terrab.



Si aujourd’hui, certains ignorent l’histoire de ce quartier emblématique, les anciens du Hay Mohammadi en gardent la mémoire vivante.

Dans la série documentaire « Des Histoires et des Hommes » de la chaîne de Aïn Sebaâ (2M), «L7asla» est un film poignant sur le quotidien des jeunes du quartier Hay Mohammadi de Casablanca. 

Ce quartier mythique où les tubes des groupes légendaires des années 70 ont aujourd’hui cédé la place aux chants des supporters du Raja. Réalisé par Sonia Terrab, «L7asla» (L’impasse) est un portrait sans fard de la jeunesse des quartiers populaires.

« Je voulais comprendre d’où vient cette colère, l’envie de fuir dans la drogue, ce besoin de violence. 

Mon idée de départ était de faire un film traversé par la musique du fameux groupe marocain Lemchaheb, en particulier cette chanson, «L7sla», «L’impasse», chanson mythique des années 70 dont les paroles correspondent plus que jamais à l’actualité, un morceau prémonitoire, visionnaire », explique Sonia Terrab. Pour la réalisation de ce documentaire, il a fallu à Sonia Terrab un an d’immersion, pour pouvoir refléter leur quotidien. 

Entre la drogue, le foot, les petits deals et l’Hrig (émigration clandestine), mais aussi une solidarité et un sentiment d’appartenance, la réalisatrice a beaucoup appris durant cette nouvelle expérience. 

Terre fertile pour les artistes, les intellectuels et les sportifs, les habitants du quartier puisent leur force dans l’histoire du Hay Mohammadi et leur passion pour le foot.

Au fil du temps, plusieurs grands noms du monde de l’art, de la culture et du sport en sont issus: Boujmii, Omar Sayed, Larbi Batma, Mohamed Miftah, Lahcen Zinoun, Abdelhak Achik et bien d’autres. 

Pour Sonia, ce film est destiné aux Marocains, cette histoire s’introduira dans les foyers des Marocains pour qu’ils voient et comprennent ces gens. « Il faut filmer le réel, être conscient de ce qui se passe, et abolir cette fracture entre les deux mondes ».

Un lien entre le passé et le présent
Le film est inspiré de «L7asla» (l’impasse), une des chansons mythiques du groupe Lemchaheb qui comme Nass El Ghiwane ont fait la gloire de ce quartier emblématique de Casablanca aux côtés du club de football TAS et la maison de jeunes. 

Pour établir le lien entre le passé et le présent, la réalisatrice est allée à la rencontre des jeunes d’hier et d’aujourd’hui… Neknouki, Mouad, Achraf, Wawa, Midou, Ayoub feront office de porte-paroles de la nouvelle génération. L’engouement pour le RCA est un véritable exutoire pour les Ultras qui tentent d’oublier leurs frustrations dans les rimes acérés des chants comme faisaient leurs prédécesseurs avec les titres des Ghiwane ou Lemchaheb.
Kenza AZIOUZI