L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



Actu Maroc

Campagne agricole 2022/23: Le Maroc produira 55 millions de quintaux de céréales, selon Sadiki


Rédigé par Mina Elkhodari Samedi 15 Juillet 2023

Le Maroc devrait s’attendre à une campagne agricole positive et meilleure que celle de 2021/2022. Le Royaume atteindra donc l'objectif de produire 55 millions de quintaux de céréales cette année, selon le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Mohamed Sadiki.



Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Mohamed Sadiki.
Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Mohamed Sadiki.
Malgré le déficit pluviométrique qu’a enregistré le Maroc cette année, le secteur agricole se redresse. Les premiers indicateurs laissent s’attendre à une campagne agricole réussie et donc à une croissance positive du secteur. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sadiki, lors d’une conférence organisée par nos confrères « Aujourd’hui le Maroc » autour de la souveraineté alimentaire.

Le ministre qui s’est montré positif quant aux résultats de la campagne agricole de 2022/2023 a, par ailleurs, affirmé que le Maroc atteindra le chiffre de 55 millions de quintaux de céréales qui était prévisible.

S’exprimant sur la sécurité et la souveraineté alimentaires, le ministre Sadiki a relevé que cette question revêt d’une importance majeure dans le contexte international actuel marqué, en plus du changement climatique, par une polycrise ayant touché fortement le secteur agricole et le système alimentaire.

Cependant, atteindre cet objectif dans un contexte marqué par le manque de ressources hydriques s’avère de moins en moins facile. Selon le président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), Rachid Benali, si la production annuelle au Maroc requiert 4,6 milliards de mètres cube d’eau, le pays a dû mobiliser 700 millions de mètres cubes seulement au titre de la campagne de 2022/2023. Question de pouvoir produire en quantité suffisante et à des prix accessibles, tout en économisant de l’eau.

Outre cela, le ministre de l’Agriculture a relevé un autre défi lié cette fois-ci le gaspillage observé tout au long de la chaîne de distribution. Selon lui, 35 % jusqu’au 40 % de l’eau est perdu en post-récoles des fruits et légumes. D’où la nécessité d’accompagner les agriculteurs à moderniser leurs systèmes d’irrigation, mais aussi leurs processus de distribution.