Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Burkina Faso-Algérie (Marrakech, 6 septembre) : Le Maroc n'a pas refusé d'accueillir la mission de préparation du déplacement du Onze algérien


Rédigé par A.KITABRI le Dimanche 22 Août 2021



Burkina Faso-Algérie (Marrakech, 6 septembre) :  Le Maroc n'a pas refusé d'accueillir la mission de préparation du déplacement du Onze algérien
  Avant le déplacement de chaque club ou sélection nationale dans un pays étranger, une équipe de collaborateurs restreinte précède la délégation pour préparer les détails du séjour.
    Au début du mois prochain, septembre, le Maroc accueille plusieurs matchs délocalisés de la première et de la deuxième journées des éliminatoires africaines de la Coupe du monde, zone Afrique.
    L'Algérie jouera face au Burkina Faso au Maroc en raison de la non-conformité du Stade d'Ouagadougou aux règles imposées par la CAF. Ce sera le 6 septembre.
    Dans ce contexte des informations auraient circulé selon lesquelles le Maroc aurait refusé de collaborer avec les émissaires de la FAF chargés de la préparation du déplacement de l'équipe nationale algérienne.
    Un média algérien, « La Gazette du Fennec », s'est chargé de clarifier la situation. Le média en question précise que ce sont les émissaires algériens qui sont responsables du blocage de l'opération. "Ils ont refusé de se soumettre au protocole sanitaire imposé par le Maroc en relation avec la situation sanitaire. Selon ce protocole, les émissaires algériens devaient respecter la procédure de l'isolement sanitaire".
     Sur ce, « La Gazette du Fennec » précise que "les interprétations et autres polémiques stériles qui soutenaient que le Maroc aurait refusé l'accès aux deux émissaires de la FAF pour des raisons politiques ou autres sont dénouées de tout fondement".
      La même source ajoute que la Fédération algérienne a chargé un de ses contacts sur place pour faire le travail tout en insistant en utilisant les termes suivants pour clore l'affaire « trêve de polémique ».