Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Bensouda : l’accompagnement du capital humain s’impose pour une meilleure compétitivité internationale


Rédigé par La rédaction avec MAP le Samedi 20 Novembre 2021

Le Royaume se dote d'une volonté et d'une ambition d'améliorer ses exportations et d'industrialiser le pays, ce qui nécessite un investissement en infrastructure pour faciliter le dynamisme du secteur privé, a indiqué le Trésorier général du Royaume, Noureddine Bensouda, à l'occasion de la quatorzième édition du Colloque international des finances publiques, qui se tient sous le thème "les grands défis des finances publiques du 21ème siècle".



Le Trésorier du Royaume a également souligné le rôle de l'amélioration du capital humain en termes de recherche scientifique et d'innovation en vue d'être compétitif à l'échelle internationale. «Aujourd'hui la vision est plus claire. Le grand défi est d'apporter les financements nécessaires à la mise en œuvre des politique publiques, tout en étant conscient de l'importance de la solidarité et de la contribution des uns et des autres en fonction des capacités», a estimé Bensouda. Interrogé sur le choix des défis des finances publiques, en tant que thème retenu pour la 14éme édition de ce colloque, il a expliqué qu'il s'agit d'un sujet d'actualité, choisi en coordination avec la FONDAFIP.
 
C'est une occasion de réfléchir sur les choix budgétaires, c'est-à-dire les secteurs d'activité qui sont prioritaires, notamment l'éducation, la santé et la protection sociale comme définis dans le rapport de la commission sur le nouveau modèle du développement (CSMD) et le projet de loi de finance au titre de l'exercice 2022 (PLF-2022), a-t-il noté, rappelant que le choix de ces secteurs s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI concernant la valorisation du capital humain.
 
«Nous ne pouvons plus concevoir ni un développement ni une croissance économique sans prendre en considération le capital humain. S'occuper de l'être humain, qui constitue en principe un facteur de production, permettrait de mobiliser les ressources pour répondre à la demande sociale, d'améliorer la productivité et d'augmenter la croissance», a-t-il conclu.
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >