Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Barrage de la Renaissance : Une crise sur la table du Conseil de sécurité


le Jeudi 8 Juillet 2021

Le Conseil de sécurité proposerait-il des options pour sortir de la crise du dossier du barrage ? Certaines sources diplomatiques en doutent.



Barrage de la Renaissance : Une crise sur la table du Conseil de sécurité
L’Egypte et le Soudan comptent sur les résultats de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, qui tient jeudi une session sur la crise du Grand Ethiopian Renaissance Dam, à la demande des pays en aval, sur fond d’avertissements d’une augmentation de l’état de crise et de tension dans la région, et la création d’une situation qui menace la sécurité et la paix aux niveaux régional et international.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré mardi dans un communiqué que dans le cadre des préparatifs intensifs de la session du Conseil de sécurité prévue sur la question du barrage de la Renaissance, qu’il a rencontré les délégués permanents de la Russie et de la Chine aux États-Unis.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmed Hafez, a déclaré que Shoukry a expliqué les différentes dimensions de la position égyptienne sur la question du barrage de la Renaissance, à savoir la nécessité de parvenir à un accord juste, équilibré et juridiquement contraignant sur le remplissage et l’exploitation du barrage qui prend compte des intérêts des trois pays, et ne diminue pas les droits sur l’eau des pays en aval.

Un remplissage qui exaspère les tensions À leur tour, les États-Unis d’Amérique ont commenté la décision de l’Éthiopie de commencer le deuxième remplissage du barrage, et le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ned Price, a déclaré que le remplissage par l’Éthiopie du réservoir du barrage Renaissance augmenterait probablement la tension, et a exhorté toutes les parties à s’abstenir de mouvements unilatéraux vers le barrage.

L’Éthiopie nie pour sa part toute intention de nuire à l’Égypte ou au Soudan et affirme que le but de la construction du plus grand barrage d’Afrique est avant tout de profiter de ses ressources en eau pour le développement économique, de produire de l’électricité en grande quantité et de l’exporter vers les pays voisins. Un parlementaire de l’opposition égyptienne, Diaa El-Din Daoud, a affirmé n’attendre rien de positif pour Le Caire du Conseil de sécurité de l’ONU dans la question du barrage de la Renaissance.

Alors qu’un ancien membre du Comité de sécurité et de défense du Parlement égyptien, Mohamed Gaber, a minimisé les résultats de la réunion du Conseil de sécurité, soulignant que la réunion du Conseil n’est qu’une forme de routine, et une procédure normale en réponse à l’invitation d’un ou davantage d’États membres à demander une réunion.

Il a ajouté, toutefois, espérer « que le Conseil de sécurité publiera ce qui confirme les droits historiques de l’Égypte sur les eaux du Nil et annule l’accord de principes signé par Sissi parce que l’Éthiopie a violé ses principes et l’oblige à réduire le volume et la quantité de d’eau à 12 milliards de mètres cubes, ce qui est la quantité nécessaire pour produire de l’électricité ».