Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Barid Al-Maghrib : Émission de timbres-poste commémoratifs du Centenaire de la 1ère école de céramique au Maroc


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Mercredi 2 Décembre 2020

Le Groupe Barid Al-Maghrib vient d’émettre des timbres-poste commémoratifs du Centenaire de la 1ère école de céramique au Maroc, fondée à Safi dans les années 20 du siècle dernier.



Réalisé en collaboration avec la Fondation Nationale des Musées (FNM) et le Musée National de la Céramique à Safi, ce bloc feuillet de trois timbres-poste illustre trois objets en céramique fabriqués par le Maitre Boujemaâ Lamali et exposés audit Musée, selon un communiqué publié par le site officiel du Groupe Barid Al-Maghrib.

Deux de ces pièces (cruche et jarre) sont classées patrimoine national, alors que la troisième (un plat) est en cours de classement.

Le bloc-feuillet reproduit une œuvre illustrant un cours de dessin à l’école de céramique ouverte à Safi en août 1920, la première de son genre au Maroc. Assis autour d’une table, les élèves décorent chacun une pièce de poterie traditionnelle.

La création de cette école de céramique visait d’une part à revivifier les formes traditionnelles et les motifs authentiques de la céramique marocaine, et d’autre part à encourager les jeunes de l’époque pour venir apprendre cet artisanat qui connaissait une décadence au début du 20ème siècle.

Après avoir appris à dessiner les motifs sur papier, les apprentis les reprennent directement sur les pièces.

Les premiers lauréats sont devenus célèbres

Cette première école de la céramique a été fondée par le Maitre céramiste Boujemâa. Également directeur et formateur de cette école, ce lauréat de la Manufacture Nationale de Sèvres (France) a modernisé l’apprentissage du métier de céramiste qui se transmettait traditionnellement de père en fils et qui se basait uniquement sur l’observation.

Les premiers lauréats de cette école sont devenus des maitres célèbres partout dans le monde: Ahmed Ben Brahim, Mohammed et Driss Serghini, Taïbi et Mohammed Khullala, Abdelkader Gharissi, Ahmed Rbati Sentil, et bien d’autres.

L’œuvre reprise par ce bloc-feuillet a été peinte par un maitre céramiste, Maitre Ahmed Gharissi, fils d’un des premiers élèves de ladite école et dont l’atelier se situe à la célèbre Colline des potiers à Safi, classée site historique depuis 1920, et qui regroupe, à ce jour, plus de 40 ateliers qui perpétuent encore ce savoir-faire, relève la même source.

Pour rappel, la création de la première école de la céramique au Maroc, par Maalem Boujemaâ Lamali, a permis la formation d’une élite de maîtres artisans, dont la mission était de transmettre le savoir-faire à travers les générations et de renouveler et perpétuer cette activité sur la Colline des Potiers.

Après la création de cette école, les ateliers de poterie ne cessent de proliférer, ce qui avait permis d’ancrer cette profession dans la mémoire collective de la population Safiote et de faire de la Cité de l’Océan « la nouvelle Capitale nationale de la poterie ».