Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

« Barçagate », une louche affaire

Scandale au FC Barcelone


Rédigé par Rachid MADANI le Mercredi 3 Mars 2021

L’un des plus grands clubs du monde, le FC Barcelone, vient de connaître un scandale jamais connu. L’ancien comité, avec ses plus importants membres, se retrouve sous les verrous.



« Barçagate », une louche affaire
Arrestation du président Bartomeu

Le nouvel épisode du soi-disant « Barçagate » ébranle encore une fois les fondations du club lors de la perquisition des bureaux et avec l’arrestation de quatre personnes, dont l’ancien président Bartomeu. Le complot découvert par le SER aurait utilisé les services d’une entreprise pour discréditer l’image des managers, anciens joueurs et joueurs de l’équipe actuelle qui étaient contraires à la ligne tracée par le conseil d’administration de l’époque dirigé par Bartomeu. 

Maintenant, le président a été arrêté, donc les enquêtes continuent d’avancer. «La police arrête le président du superclub», a expliqué le journal britanique « Daily Mail », qui précise que Bartomeu a été la cible principale d’un dispositif de «fouille et capture» avec trois autres de ses conseillers.

Le journal argentin « Olé » a ouvert son site Internet avec la nouvelle de l’arrestation de Bartomeu. Depuis le pays de Messi, l’affaire est suivie de près, surtout lorsque l’un des objectifs du prétendu complot aurait été précisément d’éroder l’image du N°10.

« Josep Maria Bartomeu, arrêté à la fin de la procédure, a renversé Oscar Grau (PDG du club), Román Gómez Ponti (responsable des services juridiques) et Jaume Masferrer (chef de cabinet de la présidence) », souligne le média, qui ne cesse de souligner que l’enquête vise à savoir si il y a eu «une campagne de discrédit contre Messi», entre autres. «C’était tumultueux à Barcelone, la police a fouillé le club», a déclaré avec étonnement le journal italien « Tuttosport », soulignant que la pandémie avait momentanément gelé Barçagate, mais que l’arrestation de l’ancien président indique de fortes indications que l’utilisation d’une entreprise pourrait être prouvée à la campagne de dénigrement. 

«Scandale à Barcelone», titre sur sa couverture numérique « Record » au Portugal, qui suppose également que l’arrestation de Bartomeu a à voir avec l’utilisation présumée de I3 Ventures pour des manœuvres rien à la hauteur d’un club de plus de cent ans. L’écho a également traversé l’océan et le « New York Times » consacre son espace au nouvel épisode de « Barçagate ». «Une descente de police sur Barcelone, une puissance du football européen», titre le journal newyorkais. «Les autorités enquêtent sur la relation du club avec une société qui a produit des contenus désobligeants sur Lionel Messi, Gerard Piqué et d’autres stars», ont indiqué les médias. 

Plusieurs «arrestations» après les perquisitions

Selon « SER Catalunya », les Mossos d’Esquadra sont entrés dans les bureaux du Barça lundi matin pour les inscrire dans le cadre de l’enquête « Barçagate », dont le secret sommaire avait été prolongé pour la sixième fois jusqu’au 10 mars prochain comme il y en a eu aucun changement par rapport à la dernière extension. Deux crimes font l’objet d’une enquête: une administration déloyale et la corruption entre individus.

Si les arrestations ne sont pas exclues, ajoute les médias susmentionnés. De même, ils sont entrés dans les bureaux des responsables de trois domaines, comme l’ont confirmé les sources du club SER: finance, juridique et conformité. Certains de ces fonctionnaires n’étaient pas encore arrivés dans les bureaux et ont été invités à se manifester. Le reste des employés a été expulsé. Il faut rappeler que l’embauche du Barça présidé par Bartomeu d’une société, I3 Ventures, qui a créé des comptes Facebook pour éroder l’image des anciens managers, anciens joueurs et joueurs actuels de la première équipe du Barça, est connue sous le nom de « Barçagate ». Il y a également des personnes publiques comme l’homme d’affaires Jaume Rour. 

Le 16 février, la juge d’instruction numéro 13 du tribunal de Barcelone, Alejandra Gil, avait estimé que la procédure préliminaire devait continuer à être menée en secret afin d’éviter d’endommager les pistes d’enquête possibles qui pourraient en découler pour la vérification des actes prétendument criminels. Le juge a également indiqué que les rapports de police et certains témoignages n’avaient pas encore été reçus afin de contraster les informations dont elle disposait déjà. Les archives du Camp Nou pourraient aller dans cette direction. Contexte de la recherche en septembre 2020, les Mossos d’Esquadra avaient conclu qu’il y avait des «preuves de corruption» dans l’affaire. 

Le Barça a divisé le paiement à I3 Ventures en factures hachées de moins de 200.000 euros pour contourner les contrôles de transparence au sein du club. Le Barça a même contracté un audit qui a exclu que le club ait ordonné la création de comptes sur les réseaux sociaux; et la responsable de la conformité du club, Noelia Romero, a été suspendue de son travail et de son salaire, puis elle a été licenciée.

Par ailleurs, six membres du conseil ont quitté le Barça : Emili Roussaud, Enrique Tombas, Silvio Elías, Josep Pont, Maria Teixidor et Jordi Calsamiglia. Les Mossos s’étaient déjà rendus au Camp Nou en juillet 2020 pour recueillir des informations liées à l’affaire. Ils ont demandé une documentation sur les contrats avec I3 Ventures, le prix payé et les contrôles et filtres avec lesquels le club travaille. Déjà, à l’époque, ils ont indiqué que d’autres plaintes avaient été reçues de personnes liées à « Barçagate ». En outre, un groupe de huit partenaires a présenté une plainte qui a été admise pour traitement par un juge de Barcelone en juin dernier. Les Mossos voient des signes de crime à « Barçagate » et le club nie avoir fait référence à l’audit. 

Les Mossos convoquent plusieurs anciens directeurs du Barça pour témoigner dans cette louche affaire de « Barçagate ».
 
Rachid MADANI
L’ex-président du Barça entendu par la justice
 
L’ex-patron du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu, et son ancien bras droit, Jaume Masferrer, arrêtés lundi dans le cadre de l’enquête sur le «Barçagate», ont été entendus mardi par une juge d’instruction. Les deux anciens dirigeants du club catalan, qui ont passé la nuit dans un commissariat de Barcelone, ont «passé à la disposition de la justice». Bartomeu a été remis en liberté après son audition. Deux dirigeants actuels du club, le directeur général, Oscar Grau, et le directeur juridique, Roman Gomez Ponti, avaient également été interpellés lundi par la police avant d’être relâchés dans la soirée.