Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

AstraZeneca défend son vaccin


Rédigé par S.M le Vendredi 12 Mars 2021

La société suédo-britannique AstraZeneca a défendu, ce vendredi, la sûreté de son vaccin anti-Covid-19, après la suspension par le Danemark, la Norvège, l'Islande et la Bulgarie de son déploiement.



Le groupe AstraZeneca a indiqué qu’il n’existe « aucune preuve » que son vaccin, développé en partenariat avec l'Université d'Oxford, soit derrière la formation de caillots sanguins chez certaines personnes qui l'ont reçu.

« Une analyse de nos données liées à la sûreté du vaccin (..) n'a montré aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire ou de thrombose veineuse profonde », a déclaré un porte-parole du groupe pharmaceutique.

Il ajouté qu’en effet, « le nombre observé de ces réactions est significativement plus faible chez les personnes vaccinées par rapport à ce qui serait attendu dans la population dans son ensemble ».  
 
L'Agence nationale danoise de la Santé, qui a été la première à annoncer une telle décision, avait toutefois précisé qu’« aucun lien n'a été établi » jusqu'à présent entre la parution de ces caillots sanguins et le vaccin d'AstraZeneca.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a de son côté défendu la sûreté de ce vaccin, affirmant ne voir « aucune raison » de ne pas l'utiliser. « Nous devrions continuer à utiliser le vaccin d'AstraZeneca », a affirmé Margaret Harris, une porte-parole de l'OMS lors d'un point de presse.

Pour sa part le comité de sécurité de l'Agence européenne des médicaments a indiqué que « les avantages du vaccin continuent de l'emporter sur ses risques », notant que le vaccin d'AstraZeneca peut continuer à être administré pendant que l'enquête sur les cas de thromboembolies se poursuit.