Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Artisanat de bois : patrimoine immatériel à pérenniser

Meknès


Rédigé par Hassan BENMAHMOUD le Lundi 30 Mars 2020

L’artisanat marocain du bois revêt une authentique dimension sociétale et économique. Il joue un rôle certain dans les équilibres économiques du pays.



Artisanat de bois : patrimoine immatériel à pérenniser
L’artisanat traditionnel est sans doute la manifestation la plus matérielle du patrimoine culturel immatériel. Cependant, tout donne à croire qu’on se préoccupe davantage de la préservation des objets artisanaux, que des savoir-faire et des savoirs. Au lieu de se concentrer, seulement, sur la préservation des objets artisanaux, les efforts de sauvegarde devraient plutôt s’attacher à encourager les artisans à en poursuivre la production et à transmettre aux jeunes leurs savoir-faire, c’est-à-dire à pérenniser cette tradition millénaire.Le savoir-faire que suppose la création des objets d’artisanat est tout aussi divers que les objets eux-mêmes et peut être un travail délicat et détaillé, d’une valeur inestimable à perdurer, témoignant de l’incroyable créativité de notre patrimoine artisanal.

En effet, l’artisanat marocain du bois revêt une authentique dimension sociétale et économique. Véritable levier de développement, cette activité joue un rôle majeur dans les équilibres économiques du pays. Par ailleurs le poids du secteur se décline également à travers son rôle de vecteur de l’attractivité touristique du Royaume.

L’évolution sociale et le développement de la consommation de masse, peu encline à préférer l’artistique, pose le problème des difficultés de commercialisation. Les jeunes apprentis peuvent trouver que l’apprentissage, parfois long, est trop exigeant et peu rentable, ainsi, le savoir-faire peut disparaitre faute de jeunes générations qui puissent porter le flambeau.

Les centres de formation de l’artisanat permettent certes d’assurer que les savoirs et les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel de bois sont transmis aux générations futures, afin que l’artisanat soit encore pratiqué, tant comme source de revenus que comme expression de créativité et d’identité culturelle. Mais la précarité de certains artisans et la difficulté de créer des PME viables, rend cet apprentissage peu attractif et réduit considérablement les chances de réussite de ces apprentis.

Mais force est de constater que des opportunités existent malgré ces contraintes. De nouveaux marchés s’ouvrent aux produits artisanaux de bois. Les objets des artisans, faits à la main ont une vraie valeur. Des personnes sont heureuses de posséder des objets uniques, expression d’une culture, d’une vision du monde, des pièces uniques qui contrastent avec les produits de masse, sans âme. Les produits à forte teneur culturelle offrent une vraie alternative aux objets de masse, à la chaine qui dominent la culture mondiale de consommation.

Mais, il faudrait déjà penser à des mesures juridiques telles que la protection de la propriété intellectuelle des créations et le dépôt de brevets ou l’enregistrement de droits d’auteur pour lutter contre les imitations de faible qualité, préserver et encourager la créativité et tirer profit de l’artisanat traditionnel.

Hassan BENMAHMOUD