Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Anna Barone : L’objectif de la BEI n’est pas que d’accorder des prêts, il y a aussi l’humain


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Vendredi 4 Septembre 2020

La Banque Européenne d’Investissement a toujours fait preuve d’une grande réactivité au Maroc que ce soit pour financer les besoins sanitaires du pays, ou pour soutenir le secteur privé. Le déblocage de 100 millions
d’euros pour soutenir les efforts du royaume dans la lutte contre Coronavirus en est la parfaite illustration. Anna Barone, Représentante de la BEI au Maroc, nous parle des conditions et des mécanismes de ce financement.



Anna Barone : L’objectif de la BEI n’est pas que d’accorder des prêts, il y a aussi l’humain
La BEI vient de débloquer 100 millions d’euros au profit du Maroc dans sa lutte contre le Coronavirus. Quelles sont les circonstances et les motivations de l’octroi de ce prêt ?
Ce prêt accordé par la Banque Européenne d’Investissement intervient rapidement pour financer les besoins les plus urgents du Maroc afin de faire face à la pandémie du Covid-19. Il permettra ainsi de couvrir les besoins en matière d’équipements et de matériels médicaux et de renforcer les capacités sanitaires et hospitalières dans l’objectif de lutter plus efficacement contre la pandémie.

Il faut noter que ce premier versement de 100 millions d’euros, sur un total de 200 millions d’Euros, est le premier financement de la BEI dans le voisinage méditerranéen de l’UE dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Il s’inscrit plus précisément dans le Plan National Marocain de réponse à la pandémie de Covid-19, dont la BEI soutient la mise en oeuvre au Maroc.

Dans ce contexte de crise, la BEI a fait preuve d’une grande réactivité, que ce soit pour financer les besoins sanitaires du pays, ou pour soutenir le secteur privé. Dès le début de la crise sanitaire mondiale, la BEI a assuré un déboursement accéléré de prêts afin de venir en aide aux entreprises marocaines manquant de liquidités. Elle a également pu mobiliser très rapidement des lignes de crédit existantes pour apporter les fonds de roulement nécessaires aux entreprises.

Quels sont les mécanismes et les taux d’intérêt ainsi que les échéances de remboursement ?
Ce sont des éléments confidentiels du partenariat qu’on ne peut communiquer. Toutefois, j’aimerais préciser que, grâce à sa notation financière « triple A », qui est la meilleure sur le marché, la BEI accorde des financements à des conditions financières très attractives. D’ailleurs, ce premier déboursement de 100 millions d’euros a été débloqué dans un délai record, afin que les autorités marocaines puissent disposer rapidement de l’argent et ainsi faire face aux besoins urgents face à la crise du Covid-19. C’est dire combien notre objectif n’est pas seulement d’accorder des prêts, mais d’oeuvrer pour que l’humain soit toujours au centre de notre action.

Qu'en est-il de la deuxième tranche restante ?
La première tranche a été débloquée dans un temps record pour apporter une première aide urgente, la deuxième tranche sera versée au fur et à mesure des besoins du gouvernement marocain. Dans ce contexte de crise, il est important d’être réactif tout en étant très flexible dans l’octroi de nos financements afin de limiter l’impact sanitaire d’une telle pandémie sur la population.

Quels sont les autres projets de soutien et de financement dans lesquels la BEI est impliquée au Maroc ?
La Banque Européenne d’Investissement est un partenaire clé du Maroc depuis plus de 40 ans. Elle est à l’écoute des Marocains et continue son action pour les aider dans leur vie quotidienne comme dans le développement économique du Royaume. Depuis 2007, le Maroc a ainsi bénéficié de plus de 5 milliards d’euros de financements, dont 30 % dédiés au secteur privé. La BEI est un partenaire privilégié du Maroc depuis 40 ans.

En 2019, ce sont plus de 300 millions d’euros d’investissements qui ont été consacrés à la mise en oeuvre de projets dans des secteurs clefs de l’économie marocaine tels que le soutien aux entreprises, l’agriculture, l’eau et l’assainissement, le transport ou encore les énergies renouvelables.

Dans son souci de contribuer au développement du capital humain, la BEI a financé la construction et la modernisation de 16 hôpitaux au Maroc. Elle a également soutenu l’enseignement, avec notamment l’Université EuroMed de Fès afin que cette université puisse, avec l’appui de l’UE, continuer sa mission pédagogique auprès de ses étudiants boursiers grâce à l’achat de matériel informatique, lequel permet également de fabriquer des masques à destination du personnel de santé.

La BEI est sur tous les fronts pour accompagner le Maroc, peut-on dire ?
Dès le début de la pandémie, la BEI a accru son soutien aux entreprises manquant de liquidités. Elle vient notamment de signer un contrat de partenariat avec Al Amana, afin de financer les très petites entreprises ayant habituellement un accès limité au financement bancaire classique, avec une priorité donnée aux femmes, ainsi qu’au développement des activités génératrices de revenus dans le milieu rural.

En tant que banque du climat, la BEI a comme grande priorité l’action climatique. C’est ainsi qu’elle a financé le complexe solaire de Midelt et celui de Ouarzazate, le tramway de Rabat et de nombreux projets à travers tout le royaume.

En effet, la BEI est plus que jamais mobilisée sur différents fronts au Maroc : secteur privé, secteur public, éducation, santé, environnement, etc. Son objectif, à travers ces différentes actions, est d’améliorer le bien-être des citoyens marocains et d’apporter un impact réel sur leur vie au quotidien.

Propos recueillis
par Wolondouka SIDIBE