L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Ait Taleb vs pharmaciens: Fin du bras de fer entre les deux parties


Rédigé par Malak EL ALAMI Dimanche 16 Avril 2023

Après avoir longtemps campé sur des positions irréconciliables, le ministère de la Santé et la corporation des pharmaciens viennent de trouver un terrain d’entente sur les points litigieux qui les opposaient. Les deux parties sont, en effet, parvenues à un accord, ce samedi 15 avril. Ainsi, le département de Khalid Ait Taleb a admis comme fondées les revendications des syndicats représentatifs, en ce mois sacré de Ramadan.



Le ministère de la Santé a enfin compris que la colère noire des pharmaciens n’était pas sans raison. 48 heures passées après leur grève nationale, les syndicats représentatifs de la profession, notamment la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc, la Confédération des syndicats des pharmaciens au Maroc, l’Union nationale des pharmaciens du Maroc et le Syndicat national des pharmaciens du Maroc, ont été accueillis à bras ouverts par la tutelle.
 
Les deux parties sont convenues d’un accord, aux termes duquel le ministère de tutelle a accepté un certain nombre de revendications de la corporation.
 
De prime abord, le département d’Ait Taleb s’est dit prêt à examiner la mise en œuvre du projet de loi n° 98-18 relatif à l’Ordre des pharmaciens du Maroc.
 
De plus, la tutelle a montré sa bonne foi, en acceptant d’associer la profession de pharmaciens à tous les projets en cours d’opérationnalisation relatifs au secteur pharmaceutique, sans pour autant oublier de veiller à l’implication des différents intervenants dans le secteur de la Santé, en vue de se conformer au circuit pharmaceutique conformément aux dispositions de la loi 17-04, indique un communiqué conjoint.
 
Conformément au même accord, les deux parties se sont mises d’accord sur la nécessité de se concerter en vue de l’élaboration, dès que possible, d’une loi-cadre relative aux compléments alimentaires. De même, elles ont relevé l’importance de développer un cadre légal et réglementaire bien ficelé quant aux prix des fournitures médicales, et ce, dans le respect total du circuit légal de distribution des fournitures médicales stérilisées, en plus du contrôle du circuit légal des médicaments vétérinaires et d’une étude sur l’application du droit de remplacement des médicaments.
 
Il en est de même pour le cadre économique des pharmacies, à propos duquel les deux parties ont retenu l’importance de réaliser des études détaillées, le but étant d’institutionnaliser de nouvelles missions pour les pharmacies nationales, à l’image des pays développés, plus particulièrement dans le cadre de l’adoption de nouvelles rémunérations pour les services de santé rendus en appui aux établissements hospitaliers.
 
Une commission mixte a ainsi été créée afin de veiller sur la mise en œuvre des projets de réformes relatives au secteur de la pharmacie, suivant une démarche bien définie et un délai précis dans le cadre d’une approche participative, a souligné le directeur des médicaments et de la pharmacie au ministère de la Santé et de la Protection sociale, Aziz Mrabti, dans une déclaration à la presse.
 
 
Des perspectives d’échange…
 
Pour leur part, les représentants des syndicats se sont montrés ouverts quant à la contribution à la mise en œuvre du chantier de la Protection sociale, en présentant des propositions ayant pour objectif de « préserver la pérennité des caisses d’assurance et de favoriser l’accès des citoyens aux médicaments ».

Les syndicats se sont dits favorables à d’autres réunions en vue d’une mise en œuvre optimale de tous les points convenus dans le cadre du plan d’action de la commission mixte, et ce, partant du souci d’assurer la promotion du secteur et d’améliorer les conditions de l’exercice de l’activité pharmaceutique dans le respect des lois en vigueur.

Rappelons-le, cette réunion représente un tournant important après que les pharmaciens soient montés au créneau pour contester une éventuelle réforme du décret relatif à la fixation des prix des médicaments, à la lumière des conclusions du rapport de la Cour et des Comptes, en alléguant la détérioration de la situation financière des professionnels.
 



Dans la même rubrique :
< >






🔴 Top News