L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



Actu Maroc

Ahmed Rahhou : " la libre concurrence est bénéfique au consommateur"


Rédigé par Malak EL ALAMI Mercredi 30 Novembre 2022

« La concurrence n'est pas une fin en soi, mais un moyen d'atteindre un objectif plus ambitieux qui est l'efficacité économique, qui peut être réalisée grâce à l'innovation, la concurrence et la rénovation », a déclaré Ahmed Rahhou, président du conseil de la concurrence, convaincu que la libre concurrence est bénéfique pour les consommateurs. Détails.



Lors d’un atelier sur le droit de la concurrence organisé mardi à Rabat, avec les représentants des universités, sur le droit de la concurrence et de l’économie, Ahmed Rahhou, a affirmé que « le système de la concurrence vise avant tout à protéger le consommateur et lui offrir des produits de qualité, disponibles partout, à des meilleurs prix, avec des choix multiples ».
 
Il a, dans ce sens, relevé qu'ouvrir la concurrence et permettre qu'elle s'exerce librement demeure la façon de garantir que l'économie nationale se porte bien.
 
M. Rahhou a, en outre, souligné que la vision du Conseil s'articule principalement sur deux piliers, à savoir la protection du consommateur, qui ne peut se faire que par le biais de la concurrence, et la protection des investisseurs qui créent de la valeur ajoutée, en vue de leur permettre d'accéder aux marchés et vendre leurs produits dans des meilleurs conditions.
 
De même, M. Rahhou a mis en avant l'ensemble des actions menées au sein du Conseil pour atteindre ces objectifs, notant, dans ce sens, que le Conseil de la Concurrence est un arbitre de l'économie qui veille à respecter que l'activité économique se passe dans des règles saines de concurrence, et à être le plus neutre et le plus juste possible.
 
Par ailleurs, il a précisé que cet atelier d'échange avec le monde académique s'inscrit dans le cadre d'un contrat de jumelage signé avec l'Union Européenne (UE) sous la tutelle du ministère de l'Economie et des Finances, ajoutant que ce jumelage intéresse trois pays, à savoir la Pologne, l'Italie et la Grèce, dans l'objectif d'améliorer l'expertise et les compétences du Conseil et l'aider à tisser des liens avec le monde des affaires, le monde juridique et le monde de l'économie.
 
Il s'agit d'une première séance pour poser les jalons d'une collaboration avec le monde académique et identifier un programme de travail avec les universités du pays, pour mieux comprendre les lois de la concurrence et le droit du consommateur qui régissent l'économie marocaine, a-t-il relevé.
 
Pour sa part, le secrétaire général du Conseil de la Concurrence, Mohamed Abouelaziz a indiqué que le droit de la concurrence marocain vise à stimuler l'efficience économique et le bien être du consommateur, notant que la concurrence est bénéfique pour l'entreprise, l'économie et le consommateur.
 
Abordant le champ d'application du droit de la concurrence, il a précisé qu'il s'applique à toutes le personnes physiques ou morales qu'elles aient ou non leur siège ou des établissements au Maroc, et à toutes les activités de production, de distribution et de services lorsqu'elles agissent comme opérateurs économiques.
 
Lors de cette rencontre, les intervenantes de l'UE ont évoqué l'application du droit de la concurrence en Pologne, présentant les missions et les priorités de l'Office polonais de la protection de la concurrence et des consommateurs (UOKIK).
 
A cet égard, ils ont indiqué que les missions de l'UOKIK concernent principalement trois axes, à savoir la lutte contre les pratiques déloyales, la lutte contre les pratiques qui impactent les intérêts des consommateurs et la communication avec les acteurs du marché.

(Avec MAP) 








🔴 Top News