Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Affaire des masques de protection : Les textiliens du Nord demandent la démission du président de l’AMITH


Rédigé par A. Channaje le Samedi 20 Juin 2020

262 entreprises des industries du textile et de l’habillement de la région du Nord demandent la démission de Mohamed BOUBOUH de la présidence de l’AMITH, qui est accusé d’avoir stocké plus de 6 millions des masques de protection contre le coronavirus pour les réserver à l’export.



Affaire des masques de protection : Les textiliens du Nord demandent la démission du président de l’AMITH
Dans une pétition signée et adressée à l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH), les industriels de la région de Tanger-Tétouan- Al Hoceima exhortent cette dernière à s'engager pleinement pour la recherche de solutions pérennes aux problèmes des adhérents, et à faire preuve de plus de transparence et de mobilisation inconditionnelle de la part de ses dirigeants, à travers une vision claire et une véritable implication et accompagnement de ses filières, indique un communiqué. « Au vu de ce contexte, poursuit la même source, les industriels du secteur textile et habillement de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima signataires de la pétition, expriment leur regret face la situation actuelle et déplorent la mauvaise gestion de l'Association, et condamnent, à cet effet, la gestion telle que faite actuellement par le Président de l’AMITH. Gestion qui ne répond pas aux attentes et aspirations des entreprises adhérentes à l’AMITH ».

Ils dénoncent, à ce propos, les « agissements du président actuel qui a délibérément manœuvré pour tirer profit personnellement de la situation de crise du secteur, notamment en ce qui concerne la mauvaise gestion du processus de fabrication de masques de protection ». Cette action, qui était initiée au départ en tant qu’action à objectif caritatif et solidaire, s’est transformée, toujours selon les industriels signataires de la pétition, pour devenir un pur processus commercial, et a été considéré par un nombre d’industriels comme étant un comportement incluant beaucoup de confusion et de soupçons.

Ils condamnent, par ailleurs, « les propos avilissants et déshonorants de M. BOUHBOUH lors de ses récentes déclarations, les qualifiant de manœuvres invasives et d’allégations infondées dictées par un seul et unique objectif, celui de diviser pour régner. Ils déplorent de ce fait ces agissements auxquels les professionnels du secteur n'étaient pas habitués et qui n’ont jamais été pratiqué au sein de l’AMITH ».

« Face à cette situation alarmante…les professionnels du secteur du textile et de l'habillement signataires de cette pétition retirent leur confiance de M. BOUHBOUH et l’appellent à présenter sa soumission de la présidence de l'AMITH et cela afin de préserve les traditions et la crédibilité de l'Association et de préserver les intérêts de ce secteur vital », est-il souligné dans le communiqué.

Le président de l’AMITH se défend

Pour lever l'ambiguïté concernant l’affaire des masques de protection, M. Boubouh a déjà publié, durant mai, une mise au point pour tirer les choses au clair. Ainsi, il a souligné que jamais aucune commission de contrôle n’a saisi 6 millions de masques clandestins destinés à l’export dans aucune des unités industrielles relevant de son groupe. Pour lui, ce n’est qu’« une «rumeur montée de toutes pièces et qu’à ce jour, pas un seul masque n'a été produit ou stocké à des fins de monopole ou d'export».

Concernant les circonstances ayant entouré l'importation d'un tissu destiné à la fabrication de masques lavables, le président de l'AMITH a tenu à préciser : « En avril dernier, face à la gravité de la menace pandémique, le ministère de l’Industrie et du commerce a sollicité l'AMITH pour coordonner la production de masques tissés et lavables, destinés à combler le besoin urgent des citoyens marocains».

« À cette date, poursuit-il, le Maroc ne disposait pas encore de tissus homologués, ce qui a naturellement amené le président de l’AMITH à passer une commande d’un tissu conforme auprès d’un fournisseur étranger, et qui a été homologué par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR). Mohammed Boubouh a, ensuite, pris en charge ce tissu par esprit de responsabilité afin de répondre au besoin pressant du pays en masques ».

Pour conclure, le président de l’AMITH a noté que l’initiative de production de 4 millions de masques, co-initiée avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de la région de Tanger en avril, « est par définition un acte d’appel au volontariat, qui plus est antérieur et totalement distinct de l’opération de production des masques lavables faisant l’objet de la présente mise au point ».

A. CHANNAJE