L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Affaire Pegasus : Yair Lapid dément les accusations d'espionnage de Macron par le Maroc


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 27 Décembre 2021

Le Chef de la diplomatie israélienne, Yaïr Lapid, a démenti, tout espionnage du téléphone président, Emmanuel Macron, à l'aide du Logiciel Pegasus. Face à un journaliste de "Le Monde", le ministre israélien a refuté ainsi les accusations qui pèsent sur le Maroc et qui ont été relayées par le quotidien français lui-même. Détails.



Yaïr Lapid, Ministre des Affaires étrangères de l'Etat d'Israël, lors de sa visite officielle au Maroc, le 11 août 2021
Yaïr Lapid, Ministre des Affaires étrangères de l'Etat d'Israël, lors de sa visite officielle au Maroc, le 11 août 2021
L'affaire Pegasus n'a pas encore livré tous ses secrets, le ministre israéliens des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, a livré de nouveaux détails au Journal français "Le Monde", sur cette affaire dans une nouvelle interview. Interrogé sur le supposé piratage du téléphone du président français, Emmanuel Macron, par les renseignements marocains, le Chef de la diplomatie israélienne, a démenti, quoiqu'indirectement, ces accusations.

Selon Yair Lapid, personne n'a infiltré le téléphone du locataire de l'Elysée à l'aide du Logiciel Pegasus de NSO. "Autant qu’il soit possible de le dire, personne n’a écouté le téléphone du président", a t-il tranché, ajoutant que son gouvernement a fait de son mieux pour découvrir ce qui s'est passé après l'éclatement du "Pegasus Gate".

Yaïr Lapid a rappelé, une nouvelle fois, que NGO demeure une société privée, dont le logiciel controversé ne peut être utilisé que pour "lutter contre des organisations terroristes et des crimes graves". “Cette licence est très stricte. Nous avons exposé tout le matériel que nous avions aux autorités françaises. Et nous nous sommes assurés que chacun comprenne la différence entre une compagnie privée et une compagnie gouvernementale. Ce n’est pas une affaire entre gouvernements”, a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie israélienne, qui s'apprête à remplacer Naftali Bennet à la tête du gouvernement de l'Etat Hébreu, entretient de très bonnes relations avec le président français. "C'est l'un de mes amis personnels", a t-il confié à "Le Monde", assurant que son pays n'a jamais fait quoi que ce soit qui puisse lui nuire.

Cette nouveau démenti conforte la position du Maroc qui a rejeté toutes les accusations d'espionnage d'Amnety international et du Consortium "Forbidden Stories" auquel prend part "Le Monde". Le quotidien français avait lui-même publié une enquête, le 20 juillet, accusant le Maroc d'avoir "visé" le portable de Macron.

Soucieux de défendre son innocence, le Royaume a attaqué en justice Amnesty international et en le consortium susmentionné pour diffamation au tribunal correctionnel de Paris. L'audience sur la recevabilité de la plainte du Maroc a été reportée au 26 janvier, à cause des artifices de procédures, selon l'avocat du Royaume, Olivier Baratelli, qui a dénoncé, dans une déclaration à l'AFP, l'attitude évasive, parties prévenues qui tente "d’esquiver le débat de fond".

En effet, pour le moment, la prétendue implication du Maroc dans l'affaire Pegasus ne semble pas convaincante. Plusieurs hautes personnalités françaises telles que l'ancien ambassadeur de Paris à Washington, Gérard Araud, et le candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, doute de la crédibilité des accusations dirigées contre le Royaume.  








🔴 Top News










 
Other