Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

ASFAR-WAC (1-1) : Mais où est passé notre fameux classico ?

Botola Pro / D1


Rédigé par A. KITABRI le Vendredi 11 Septembre 2020

Ni fond de jeu, ni rythme, ni condition physique



ASFAR-WAC (1-1) : Mais où est passé notre fameux classico ?
Une soirée footballistique quelconque. Du temps perdu. Un spectacle pauvre, morose et insipide. Tel est le résumé d’un prétendu classico qui n’a été qu’une fausse copie de notre légendaire classico marocain, une fausse copie et pire encore une fausse copie complétement ratée.

Un classico « froid » ! 

Malheureusement le huis clos est le premier facteur qui a dénaturé le classico le privant de sa force motrice : les supporters. Le public donne vie aux matchs surtout quand il s’agit d’un classico ou d’un derby. Grace aux supporters, même les joueurs ordinaires deviennent, ce jourlà, extraordinaires !

La seconde cause de ce football triste et froid est cette reprise qui n’arrive pas à trouver son élan à cause des multiples reports. Du coup, les joueurs ont du mal à trouver leur rythme, leur vitesse de croisière, leur condition physique et mentale… Cela affecte la qualité de leur rendement. Le spectacle de mercredi soir était désolant pour ne pas dire irritant et énervant.

Des chiffres !

L’ASFAR face au Wydad a réalisé son 4ème match nul consécutif depuis la reprise post-confinement. Toujours sur le même score : un but partout. Cela avait été le cas face aux DHJ, MCO et OCK. Au total, l’ASFAR a enregistré 7 nuls, gagné 13 et perdu 3 matchs. L’ASFAR a joué 24 matchs.

Le Wydad était à son 22ème match. 12 gagnés, 5 perdus et 5 nuls. Le match de mercredi dernier était la 135ème confrontation toutes compétitions confondues entre les deux parties. 

 La Covid-19 rode dans les environs !

Déjà le Wydad avait été touché de plein fouet à quelques jours da la première programmation du match. Les Casablancais avaient eu plusieurs covidés. Certains ont repris les entrainements d’autres sont encore en convalescence. Mais les séquelles étaient encore bien évidentes sur le terrain. Les covidés encore convalescent avaient du mal à assurer. Cette fois-ci ce sont les arbitres désignés pour diriger le match qui ont testés positifs. Il a fallu les remplacer d’urgence.

 Un Wydad dénaturé !

On est loin, voire très loin, du Wydad des deux dernières saisons. Des joueurs sont partis par choix ou malgré eux. D’autres ont pris de l’âge ou souffrent de blessures. La conséquence immédiate : le Wydad a perdu son jeu, son explosivité et sa prestance. Les joueurs nouvellement intégrés ont du mal à assurer, à convaincre et à redonner au grand club son lustre. Certains ne méritent même pas de figurer parmi l’effectif. On se demande même comment ils ont atterri au complexe sportif Mohamed Ben Jelloun.

Les FAR : Une équipe en reconstruction !

Les responsables de l’ASFAR ont confié à Taleb le projet de reconstruction de l’équipe. La formation est très jeune. Elle ne manque pas d’individualités. Le chantier demande du temps et de la patience. Les responsables en sont conscients. Mais comme tous les grands clubs à large base populaire les fans sont très exigeants et très impatients. Ils veulent des résultats immédiats. Or, pour avoir des résultats, il faut d’abord réussir à former une équipe compétitive et lorsqu’on table sur les jeunes, il faut du temps.

A. KITABRI