Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

​Sahara marocain: L’Administration Biden ne changera pas de camp


Rédigé par Saâd JAFRI le Samedi 1 Mai 2021

Après des mois de spéculations, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a assuré que l'Administration Biden ne reviendra pas sur la reconnaissance des Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara.



Le ministre marocain des Affaires étrangères a eu, vendredi dernier, un entretien téléphonique avec son homologue américain, Antony Blinken. Bien que le dossier du Sahara n’ait été évoqué ni dans le communiqué final publié par le ministère marocain des Affaires étrangères ni dans celui du Département d’Etat américain, une source haut placée au sein du MAE marocain nous a assuré qu’il a bel et bien figuré au menu de la discussion entre les deux responsables. A cet égard, Blinken aurait affirmé, selon des sources du site d’information Axios, que «l’Administration Biden ne reviendrait pas sur la reconnaissance par le président Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara». 

Une décision pas du tout étonnante, puisque le média, connu pour ses scoops sur l’Administration américaine, a indiqué que de hauts responsables de la Maison Blanche et du Département d'État ont eu de multiples discussions sur cette question au cours des dernières semaines. La décision qui a émergé de ces échanges n'impliquerait pas de renverser la décision de Donald Trump, mais plutôt de travailler avec le Royaume sur la nomination d'un nouvel envoyé de l'ONU pour le Sahara. L'idée serait d'essayer de reprendre les pourparlers sur un plan d’autonomie sous la souveraineté du Maroc, selon la même source.
Ce positionnement rejoint et complète parfaitement les propos du secrétaire d’Etat américain devant le Sénat en janvier dernier, impliquant qu’il y a certains «engagements» qui ont pu être pris dans le contexte de la normalisation ou la reprise des relations avec Israël «que nous devons examiner avec attention et j’imagine que le comité est du même avis», a-t-il indiqué avant d’ajouter : «Mais j’applaudis le travail qui a été fait pour aller de l’avant dans le cadre de la normalisation, qui rend Israël et la région plus sûrs. Il s’agit d’une bonne initiative et j’espère que nous pourrons la développer». D’ailleurs, les Etats Unis auraient pu exprimer leur désaveu en avril, au sein du Conseil de Sécurité, mais à la place, le conseiller de Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, s’est entretenu avec Bourita, assurant qu’aucun changement dans la position américaine n’est prévu, et ce, du fait que la relation maroco-américaine est fondée sur des valeurs et des intérêts communs, en matière d’économie, de sécurité et de prospérité régionale.

Partenaire stratégique dans la région 

Outre le dossier du Sahara, Bourita et son homologue américain ont échangé autour des questions régionales d’intérêt commun, notamment la situation en Libye et au Sahel. Dans ce sillage, le Secrétaire d’Etat américain a salué le rôle stabilisateur joué par le Maroc dans un voisinage empreint de turbulences. 

Aucun autre pays de la région n'est mieux placé pour des partenariats sécuritaires avec les États-Unis, en témoigne les multiples visites de délégations de haut niveau, les exercices militaires communs et les actions conjointes de lutte contre le phénomène du terrorisme en Afrique à travers la consolidation et le renforcement des capacités des services sécuritaires de la région, via la mise en place d’une plateforme de coopération commune en matière sécuritaire.

Par ailleurs, Blinken n’a pas manqué de chanter les louanges de l’accord trilatéral signé par les Etats-Unis, Israël et le Maroc, notant que la reprise des relations ne manquera pas d’apporter des dividendes à long terme, tout en soulignant le rôle pionnier et l’action crédible du Maroc dans l’avènement d’une paix durable au Moyen-Orient. 

  


Dans la même rubrique :
< >