Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

​La DG du FMI appelle à une aide urgente aux campagnes de vaccination dans les pays en développement


Rédigé par La rédaction le Samedi 6 Février 2021

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a souligné l'importance d’aider les pays en développement dans leurs campagnes de vaccination contre la Covid-19, notant que le Maroc est "le seul pays en Afrique" à avoir lancé sa campagne de vaccination.



​La DG du FMI appelle à une aide urgente aux campagnes de vaccination dans les pays en développement
"En ce moment, un seul pays en Afrique a lancé sa campagne de vaccination, c'est le Maroc", a indiqué Mme Georgieva lors d’une table ronde virtuelle avec les journalistes, tenue vendredi, soulignant que "le duel entre les mutations du virus et les vaccins doit être gagné partout".

"Il faut se concentrer sans relâche sur l'aide aux pays en développement. Cela signifie qu'il faut développer la production, améliorer la distribution dans ces pays et leur accorder une marge de manœuvre budgétaire pour leurs propres mesures de santé", a expliqué la directrice de l’institution basée à Washington.

Mme Georgieva a fait remarquer que, selon les calculs du FMI, une accélération des campagnes de vaccination permettrait de booster la production mondiale de neuf trillions de dollars d’ici 2025. "Quelque 60% de ces gains reviendront aux pays en développement", a-t-elle fait savoir. 

Evoquant les perspectives de l’économie mondiale pour cette année, la DG du FMI a indiqué que malgré le fait que le Fonds a revu à la hausse ses prévisions de croissance mondiale à 5,5% au lieu de 5,2%, la conjoncture demeure "exceptionnellement incertaine".

"Nous faisons toujours face à une perte massive de production entre maintenant et 2025, quelque 22 trillions de dollars en moins par rapport à la période pré-pandémique", a-t-elle relevé. 

A cet égard, elle a ajouté que 150 économies mondiales ne pourront pas retrouver leur niveau de croissance d’avant la pandémie en 2021, contre 110 en 2022. 

"Environ 50 % des pays en développement divergeront au lieu de converger, risquant ainsi de prendre encore plus de retard, ce qui non seulement ferait baisser le niveau de vie dans ces pays, mais rendrait beaucoup plus difficile l'instauration de la stabilité et de la sécurité pour eux et pour le reste du monde", a averti la DG du FMI.