Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

​Badr Hari : condamné à 50000 euro pour rupture de contrat


Rédigé par C.B le Mercredi 12 Mai 2021

Le tribunal de Gand en Belgique a condamné, le kickboxeur Néerlando-marocain , Badr Hari à payer 50 000 euros de dommages et intérêts au profit de l'organisation de kickboxing Enfusion pour rupture de contrat.



Le Kickboxeur marocain a été condamné pour «l’annulation à tort d'un combat à Anvers contre Luis Tavares à la fin de 2017 » , rapporte le site d'informations l'Algemeen Dagblad (AD).

Ainsi, Badr hari devait  verser une indemnité de 50 000 euros à Enfusion, selon les documents consultés par le média, qui précise également que l’organisation demandait un montant total de 1,7 million d'euros.

L'organisation de Kickboxing Glory avait  annoncé ,en décembre 2017 que Badr Hari ferait son retour sur le ring à Ahoy le 3 mars 2018, au grand dam du contrat qui le liait à Enfusion.
En effet,  le champion s’était entre-temps engagé avec Enfusion pour un combat contre Luis Tavares à Anvers deux mois plus tard. Selon le contrat, le Marocain n’avait pas le droit de se battre pour une autre organisation avant le mois de mai de la même année. Mais à l’annonce de son retour chez Glory, Hari avait annulé son combat contre Tavares.

Jacques de Wit, avocat et manager de Hari, n'a pas nié l'existence d'un accord, mais a fait remarquer à Enfusion qu'elle n'avait pas fait d'avance. Cela aurait permis à Hari d'échapper au contrat précédent. Cependant, Enfusion a insisté sur le fait que c'était «une erreur» et a porté l'affaire devant les tribunaux.

Le procès s’est donc ouvert le 6 mai à Gand. Le tribunal, qui a rendu son jugement, a jugé l’athlète Néerlando-marocain, responsable de la rupture de contrat et l'a condamné à des dommages et intérêts de 50 000 euros, en plus des frais de la justice qui s’élèvent à près de 10 000 euros.

  


Dans la même rubrique :
< >