Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

​ Interview avec Hicham Idelcaid : le mélomane de la musique afro


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 12 Avril 2021

Après le premier single “Ntya Lya”, Hicham Idelcaid vient avec son deuxième opus, aux sonorités afro : “Mali Mali”. Cette chanson raconte l’histoire d’un homme, prêt à tout pour reconquérir sa moitié.



- Vos deux singles, “Ntya Lya” et “Mali Mali”, font partie de la musique sensationnelle. Un type musical assez consommé au Maroc. Comment essayez-vous de vous distinguer dans une scène musicale où la concurrence est féroce ? 

- Actuellement, je suis en train de préparer un album Afro. Le deuxième single “Mali Mali” n’en fait pas partie. J’adore la musique Afro. C’est l’actuelle tendance d’ailleurs. J’essaye de me différencier de tous les chanteurs marocains en apportant ma touche personnelle, qui permettra à tous les auditeurs de reconnaître ma musique facilement. 


- « Mali Mali » est désormais disponible sur plus de 200 plateformes à l’instar de Spotify, iMusic, Anghami ou encore Deezer. Pourquoi ce n’est pas disponible sur la plateforme Youtube, qui booste la visibilité des artistes, et à travers laquelle votre premier single a généré plus d’un million de vues depuis le 15 janvier dernier ?

- Pour la simple raison que le vidéo-clip de cette chanson est en cours de tournage. Normalement, si tout va bien, le clip verra le jour juste après Ramadan, comme ça on laisse le temps pour le streaming. Sur la plateforme du distributeur, on trouve juste la couverture du clip qui habille la chanson. On a déjà signalé ce problème avec le distributeur. Mais ce problème persiste, précisément au Maroc, ce qui n’est pas le cas à l’étranger.  Peut-être que le Maroc ne fait pas partie de la liste du distributeur Youtube mais ça m’étonne puisque c’est international.     


- Vous avez affirmé il y a quelques mois que vous souhaiteriez travailler avec la même équipe qui a veillé sur la réalisation de votre premier single. Or, ce n’est pas le cas actuellement. Pourquoi ?


- Confinement oblige et étant installé en Belgique, la collaboration avec  Imad Amrah et Imad Eddahby, qui ont conçu les paroles de mon premier single, n’a pas pu voir le jour. Pour “Mali Mali”, j’ai travaillé avec le Maestro Imad Amrah.

- Des collaborations avec des artistes de renom sont-elles prévues ? 

- Des featurings sont prévus. On annoncera leurs noms au moment opportun. Il y a toujours des surprises, tout comme le confinement (rires). 

- Evoquant le confinement, à quel point vos projets ont-ils été impactés par la crise sanitaire ? 

- Les projets sont retardés. Je ne peux pas me déplacer au Maroc, où je veux tourner mes clips vidéos. Pour “Mali Mali”, j’étais obligé de le tourner en Belgique, où les frais de tournage sont très onéreux. Ce qui est le cas en Europe en général. En plus, c’est à mes frais. Je n’ai pas le choix puisque les vols sont suspendus jusqu’au 21 mai prochain. 

Hicham, "The Healer by Energy"

Hicham Idelcaid, plus connu sous le nom de «Hicham The Healer by Energy» est né à Casablanca en 1977. Il s’est installé en Belgique en 1998 après un séjour pour études. Actuellement, il est thérapeute énergétique, responsable dans une piscine et donne des cours de natation. 

Après plusieurs mois de travail en collaboration avec le grand producteur, Med Leon, “The Healer by Energy” a pu lancer son premier single “Ntya Lya” (Tu es à moi). 

Ce n’est pas étrange ou nouveau pour ce chanteur, qui aimait la musique depuis qu’il était tout petit. “Depuis mon bas âge, la musique agit dans mon cerveau comme une drogue”, nous confie-t-il. 

Son premier single était une sorte de “cadeau” qu’il voulait offrir à ses proches et amis qui l'encourageaient à sortir un tube. Faute d’argent suffisant, ce “rêve” restait en stand-by. “Maintenant que j’ai les moyens, c’est fait”. D’ailleurs, plusieurs chanteurs de renom l’ont encouragé, dont Douzi, son ami et acolyte, avec qui il pourrait un jour collaborer. 

Par ailleurs, Hicham Idelcaid a participé à plusieurs concours musicaux, dont “The Voice”, en Belgique, qu’il n’a pas pu remporter. Il n’a pas été découragé par cet "échec". Il a pu en gagner certains. “ J’ai participé à des concours musicaux, organisés par des professionnels ou dans des karaokés. J’ai pu en gagner plusieurs”, se rappelle-t-il. 

Son souhait est de voir les artistes marocains soudés entre eux et encourageant l’un l’autre. “On va tous sortir avec un morceau de tissu blanc”, nous affirme Hicham, le thérapeute.  


 

  


Dans la même rubrique :
< >