Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Visioconférence de l’IRES : l’avenir des relations Maroc-UE au menu


Rédigé par A.C le Samedi 20 Juin 2020

L'Institut Royal des Etudes Stratégiques vient d’organiser, le 17 courant, une visioconférence consacrée à son étude sur l'avenir des relations entre le Maroc et l'Union européenne. Y ont pris part l'Ambassadeur du Maroc auprès de l'Union européenne et de l'OTAN, des responsables des ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur, ainsi que d'anciens ministres et ambassadeurs.



La réunion, tenue à distance, a également été l'occasion de présenter les résultats de l'enquête sur l'image du Maroc au sein des institutions européennes, menée par le Centre d'études politiques européennes, basé à Bruxelles.

Suite à l’officialisation, en juin 2019, du document du Partenariat de prospérité partagée, l’IRES a organisé un brainstorming consacré à la réflexion sur les perspectives des relations entre le Maroc et l’Union européenne, tant à l’aune des ambitions affichées dans le Partenariat, qu’à la lumière des mutations en cours au sein de l’espace européen et, plus généralement, dans l’environnement régional et international dans lequel s’inscrivent ces relations », a souligné, à l’ouverture de cette rencontre, Mohammed Tawfik MOULINE, Directeur général de l’IRES.

Ce brainstorming a, notamment, recommandé la réalisation d’une étude sur la question, confiée, simultanément à une équipe marocaine et à une équipe européenne et ce, afin de recueillir le point de vue européen et de prendre en considération, dans les propositions, la perception qu’ont les décideurs européens de la relation de l’UE avec le Maroc, estime M. Tawfik MOULINE.

L’équipe marocaine était ainsi chargée, entre autres, d’établir un état des lieux des relations entre le Maroc et l’UE depuis la mise en place du statut avancé et de la Politique européenne de Voisinage, portant sur les aspects politiques, économiques et sociaux, ainsi que des réalisations du Maroc dans le cadre de la convergence réglementaire.

Elle était aussi appelée à identifier les mécanismes de mise en œuvre et les conditions optimales, institutionnelles, financières, humaines et autres, pour la concrétisation du Partenariat de prospérité partagée.

Enfin, elle était recommandée de formuler des propositions portant sur l’harmonisation du Partenariat de prospérité partagée avec le nouveau modèle de développement du Maroc ainsi que sur un alignement des agendas marocain et européen en la matière.

S’agissant du volet européen de cette étude, l’IRES a choisi de s’adresser au Centre for European Policy Studies (CEPS), un think tank de référence basé à Bruxelles, auquel ont été confiées d’effectuer une enquête perception de l’image du Maroc au sein des instances européennes (Parlement, Commission européenne et Commission européenne des droits de l’Homme, instances judiciaires européennes) et mettre en exergue le regard que portent ces instances sur la relation entre le Maroc et l’Union européenne.

A.C

  


Dans la même rubrique :
< >