Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Un ménage sur trois se retrouve sans aucun revenu suite au Covid-19


Rédigé par S.J le Mardi 19 Mai 2020

34% des ménages se sont retrouvés sans aucun revenu en raison de la pandémie, indique une enquête menée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) pour identifier l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.



Des citoyens confinés à Rabat, quartier de Takadoum (Ph. Fadel Senna/AFP)
Des citoyens confinés à Rabat, quartier de Takadoum (Ph. Fadel Senna/AFP)
Si la crise économique causée par le coronavirus est d’une ampleur inégalée sur le plan macro-économique, elle pèse encore plus sur les ménages au Maroc. Selon le HCP 34% des ménages affirment n'avoir aucune source de revenus en raison de l'arrêt de leurs activités au temps de confinement.
 
Cette proportion est légèrement plus élevée parmi les ruraux (35%) que parmi les citadins (33%), néanmoins elle s’élève à «44% parmi les ménages pauvres, à 42% parmi les ménages de l’habitat précaire, à 54% parmi les artisans et ouvriers qualifiés, à 47% parmi les commerçants, et à 46% parmi les ouvriers et manœuvres agricoles», d’après les résultats de cette étude menée du 14 au 23 avril auprès d'un échantillon de 2.350 ménages représentatifs des différentes couches socio-économiques de la population marocaine selon le milieu de résidence, urbain et rural.
 
Par rapport à leur situation financière actuelle, pour 38% des ménages, le revenu couvre juste les dépenses, 39% en milieu urbain et 35% en milieu rural, 22% puisent de leurs épargnes (20% en milieu urbain et 26% en milieu rural), 14% recourent à l'endettement (12% en milieu urbain et 17% en milieu rural) et 8% comptent sur les aides de l’État pour couvrir leurs dépenses quotidiennes, 9% en milieu urbain et 5% en milieu rural.

La situation délicate de la classe laborieuse

Pour les aides publiques aux ménages pour perte d'emploi, le HCP souligne qu'un ménage sur cinq (19%) a reçu une aide de l’État pour compenser la perte d’emploi : 13% dans le cadre du programme RAMED et 6% dans le cadre du programme d’aide aux salariés formels (CNSS).
«49% des ménages affirment qu’au moins un de leurs membres actifs occupés a été contraint d’arrêter son activité, 40% d’entre eux ont reçu une aide de l’État ou de la part de l’employeur», souligne l’enquête.  Selon la source d’aide, 31% des transferts reçus proviennent de l’État à travers le programme d’aide aux salariés formels (CNSS), 34% en milieu urbain et 16% en milieu rural. Rapportés à l’ensemble des ménages marocains, la part des ménages bénéficiaires de ce programme d’aide s’élève à 6% à l’échelle nationale, 8% en milieu urbain et 2% en milieu rural.
 
Quant à l'aide de l’État à travers le ciblage du programme RAMED, elle a été évoquée par 67% des ménages bénéficiaires, 63% en milieu urbain et 81% en milieu rural.
 
A l’échelle nationale, cette proportion s’élève à 13%, 15% en milieu urbain et 9% en milieu rural, estime l’institution, soulignant qu'elle atteint 22% pour les ménages dirigés par des ouvriers et manœuvres agricoles, 19% par des ouvriers et artisans qualifiés, et 16% par des commerçants.
 
Par ailleurs, le HCP fait savoir que 18% des ménages n’ayant pas perdu de l’emploi ont également bénéficié de l’aide de l’État, 13% en milieu urbain et 26% en milieu rural, ajoutant que ces ménages représentent 3,6% des ménages marocains.
 
Ceci dit, d’après l’Institution d’Ahmed Lahlimi Alami, près de trois ménages sur quatre (72%) bénéficiaires de l’aide de l’État, estiment que ces aides ne sont pas suffisantes pour compenser la perte des revenus, 75,9% en milieu urbain et 55,7% en milieu rural.

  


Dans la même rubrique :
< >