L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Tunisie : Après le fiasco des législatives, l'incertitude


Rédigé par L'Opinion Lundi 19 Décembre 2022

Les élections ont connu le taux de participation le plus bas depuis la révolution de 2011, considérées comme un "grand mécontentement populaire" et constituant un camouflet pour le président Saied.



Dimanche 18 décembre, l'opposition tunisienne a appelé le président Kais Saied à se retirer au lendemain des élections législatives, qui ont enregistré un taux d'abstention record de plus de 90%, ce qui affaiblit également la position des autorités dans les négociations en cours avec le Fonds monétaire international sur un prêt important pour l'économie chancelante.

Le chef de la coalition de l'opposition a appelé le président Saied à « partir immédiatement » après avoir annoncé un taux de participation de seulement 8,8% lors du premier tour des élections pour la nouvelle Chambre des représentants.

Il s'agit du plus faible taux de participation aux élections en Tunisie depuis la révolution de 2011 qui a renversé feu le président Zine El Abidine Ben Ali et instauré un système démocratique.

Al-Shabi, qui dirige le Front de salut national, a ajouté : « C'est un grand abandon populaire du processus », qui a commencé avec la suspension des travaux du Parlement, le limogeage du Premier ministre le 25 juillet 2021 et l'hypothèse de tous les pouvoirs et de la gouvernance par décrets, notant que « 92% ont tourné le dos au processus », illégal en violation de la Constitution.

Le Front de salut national regroupe un certain nombre de personnalités et de partis vétérans.

Chebbi a appelé les autres partis politiques à "s'accorder pour nommer un haut magistrat" ​​capable de "superviser les nouvelles élections présidentielles".

Après que ses décisions aient été dénoncées par l'opposition pendant des mois comme un «coup d'État», Saied a proposé une nouvelle constitution qui a été approuvée lors d'un référendum le 25 juillet 2022 et a considérablement limité les pouvoirs du Parlement.

Il a également changé le mode de scrutin pour les élections législatives, faisant candidature sur une base individuelle au lieu de listes de partis, ce qui a conduit à la présentation de 1055 candidats, dont la plupart sont inconnus de l'opinion publique, ce qui, selon les experts, a contribué à réduire le taux de participation.
 
Une "défaite personnelle" de Saied
 
Les élections de samedi ont également été boycottées par la plupart des partis tunisiens, dont le Parti libre destourien dirigé par Abeer Moussa, qui s'oppose aux islamistes.

Un professeur de sciences politiques à l'Université tunisienne, Hammadi Al-Radisi, a estimé que le très faible taux de participation aux élections législatives était « inattendu, car même les estimations les plus pessimistes attendaient la participation de 30% » des électeurs, comme lors du référendum sur la constitution. "C'est une défaite personnelle pour Saied, qui a tout décidé, a-t-il dit, tout seul", estimant que "sa légitimité est devenue discutable".

Cependant, Al-Rudaisi estime également que "la route est bloquée" vers l'éviction de Saied car "il n'y a pas de mécanisme légal pour destituer le président" dans la nouvelle constitution de 2022.

Le nouveau parlement, qui sera mis en place après un second tour qui aura lieu d'ici mars, pour décider du sort d'un certain nombre de sièges, n'a aucune autorité sur le président et ne peut, au mieux, que censurer le gouvernement, mais après de longues et procédures complexes.

De son côté, l'analyste politique Salah al-Din al-Jourshi a estimé qu'après l'échec catastrophique du premier tour des élections législatives, le président Qais Saied « s'oriente vers plus d'isolement. L'isolement a dépassé les élites et s'est transformé en isolement au niveau populaire".

"Ce pourcentage sans précédent reflète le manque de confiance des citoyens", a-t-il dit, ajoutant que Saied "est dans une position de faiblesse, et ce pourcentage constituera un grand choc et une forte secousse pour le président qui pourrait lui faire perdre l'équilibre".

Le Front de salut national a appelé à la mobilisation de diverses forces d'opposition, notamment par le biais de manifestations.


Une opposition "faible et divisée"
 
L'opposition tunisienne serait "faible et divisée" entre le camp laïc et progressiste d'une part, et le "Front du salut national" et son épine dorsale, le "Parti Nahda" d'autre part, estime l’universitaire Hammadi al-Radisi.

Il affirme qu'"il y a peu de chances que l'opposition s'unisse tant que la question d'Ennahda n'est pas résolue", à qui une grande partie des Tunisiens qui ont initialement soutenu les actions de Saied ont attribué les échecs économiques et sociaux de la dernière décennie.

La principale préoccupation des Tunisiens est la détérioration continue de leurs conditions économiques compte tenu de l'accélération de l'inflation, du taux de chômage très élevé et de la pauvreté qui touche 4 millions de citoyens sur 12 millions.

Malgré cela, il semble que le chef du Front de salut national, Ahmed Najib al-Shabi, ne s'y soit pas trompé lorsqu'il a évoqué, dimanche, un "abandon international majeur" apparu lors de la récente visite de Saied aux États-Unis, où il a fait face à un "rejet" de son processus politique.

Le Fonds monétaire international, qui devait donner lundi son feu vert à l'octroi à la Tunisie d'un quatrième prêt sur dix ans, d'environ deux milliards de dollars, a reporté sa décision à début janvier.

 



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 16:32 USA-Chine : Les ballons de la discorde







🔴 Top News