Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Tribune : Pas de traitement sans engagement populaire


Rédigé par Abdelouahed El Fassi le Jeudi 27 Août 2020

Entre le 2 Mars et le mois de Juin, l’État a effectué avec succès un travail primordial. Chaque initiative a été prise et chaque action accomplie au bon moment et à bon escient. De façon générale, le peuple marocain a accepté toutes les mesures prises malgré leurs difficultés, car il était désireux de vivre. Passé ce délai, l’improvisation ayant commencé à dominer le processus de décision, on a commencé à voir poindre une perte de confiance et un sentiment de désespoir.



Dr Abdelouahed El Fassi, Cardiologue, Ancien ministre de la Santé et ancien membre du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal.
Dr Abdelouahed El Fassi, Cardiologue, Ancien ministre de la Santé et ancien membre du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal.
Toutes les études montrent que le confinement général, lorsqu’il dure plus de deux mois consécutifs, devient un élément de danger et de menace, que ce soit au niveau de l’état de santé, en général, et psychologique, en particulier, ou au niveau de la situation économique des individus, des familles et des entreprises.

Il est difficile pour un citoyen d’accepter une résidence surveillée et la restriction de sa liberté pour une période trop longue, surtout pour la classe ouvrière et les travailleurs de l’informel qui doivent chercher quotidiennement de quoi subvenir aux besoins de leurs familles.

Le citoyen se trouve devant un choix cornélien : mourir comme Hassan Bnou Ali ou comme Hussein. Il est évident qu’il choisira de mourir comme Hussein, en allant sur le terrain pour essayer de survivre, ou alors de mourir avec honneur.

C’est mieux que de mourir de faim.

Ce à quoi nous assistons ces jours-ci est dangereux. Ce n’est pas seulement une expression de désespoir, c’est plus proche d’un comportement suicidaire.

Prenons pour preuve ce qui se passe dans certains quartiers densément peuplés : vous y trouverez tout le monde porter un masque, certes, mais autour du cou et vous vous demanderez si le masque sert à empêcher la «Corona» ou à protéger la glande thyroïde.

La vérité est que : on ne porte le masque que par crainte d’être pris en défaut par la police. Le citoyen ne se préoccupe plus de la gravité de la maladie, mais de sa liberté.

Tout ce qui est imposé est rejeté.Quant à ce qui s’est passé dans certains marchés de bétail avant l’Aïd, il ne peut y avoir d’autre interprétation que le désespoir.

Je ne pense pas que tous les Marocains soient des voleurs. Est-il concevable pour un musulman de penser à voler un mouton pour le sacrifice de l’Aïd, qui est une Sunna ?

Je pense que la seule explication d’un tel comportement, c’est le désespoir, qui pousse une personne soit au suicide, soit à la violence.

Ce qui s’est passé au poste de contrôle de sécurité dans le col « Tichka» et les grands dangers que cela représentait, ne serait-ce pas le désespoir qui en serait la cause? Désespoir résultant d’une décision improvisée et aléatoire : il a été accordé seulement 6 heures pour les «voyageurs de l’Aïd» pour partir, avec une tolérance zéro.

La tolérance zéro ne doit pas être comprise comme une forme de solution autoritaire et oppressive. A l’origine, l’objectif de la tolérance zéro est la prévention et la création de conditions de sécurité sociale. Il ne s’agit pas d’une tolérance zéro pour l’auteur du délit, mais plutôt d’une tolérance zéro pour le délit en soi.

J’espère que nous n’avons pas atteint l’effondrement de la société, avec la perte du respect des valeurs universelles, la perte du respect de la société pour elle-même, des autorités (chantage et corruption), et vice-versa.

La corruption à tous les niveaux, les manques en formation, en culture civilisationnelle, et le manque d’opportunités.Tout cela crée un pays avec tant de fenêtres brisées que personne ne se soucie de réparer.

Quant à la situation épidémiologique actuelle et aux données statistiques qui nous sont présentées quotidiennement, elles reflètent une escalade des nombres de cas. Je pense qu’il est nécessaire d’en faire une lecture analytique et critique.

Le nombre quotidien de nouvelles infections n’est pas un bon indicateur de la gravité de la situation épidémiologique. Lorsque nous procédons à un examen pour vingt milles (20.000) citoyens, il est naturel de trouver un nombre de porteurs plus élevé que si l’on examine mille (1000) citoyens.

Ce qui compte, c’est le nombre de vrais patients symptomatiques, le nombre de cas qui relèvent de la réanimation ou de la respiration artificielle, et, bien sûr, le nombre de décès.

Les nombres actuels - fournis par les autorités responsables - sont effrayants, alors que 80% des cas proviennent de contacts, qui sont, pour la plupart, contaminés mais non malades, c’est-à-dire asymptomatiques, pour lesquels la présence du virus a été découverte en procédant à un examen. A partir de là, les cas graves devraient être peu nombreux, la détection précoce permettant de débuter rapidement le traitement et l’éradication du virus avant qu’il n’ait d’effet sur les poumons.Pour pouvoir être vraiment efficaces, il aurait fallu généraliser les tests à tous les citoyens, ce qui est malheureusement impossible. Il est donc plus utile de cibler les personnes présentant une maladie chronique, les personnes âgées et, bien sûr, celles qui présentent des symptômes pouvant évoquer Covid-19. Tester les contacts les plus proches reste également utile lorsqu’on confirme la maladie chez un individu donné.

D’autre part, et loin de toute exagération, tous les chiffres restent relatifs.

Par exemple, quand on trouve 400 nouveaux cas par jour dans la ville de Casablanca et les mêmes chiffres dans la ville de Marrakech, la signification du nombre absolu diffère en raison de la différence de taille de la population des deux villes.

Chaque nombre doit être rapporté à son contexte démographique pour pouvoir estimer la vraie proportion du coefficient de pénétration.

Ainsi, on trouve pour Casablanca un coefficient de 10/100.000, alors que pour Marrakech on trouverait 40/100.000.

Présenter les chiffres sous cet angle nous permettrait de mieux saisir la réalité de la situation.

Pourquoi est-ce que je ne me soucie pas autant du nombre de cas ?

Parce que, du fait que 80% des cas sont détectés par examen parmi les contacts, la plupart d’entre eux sont censés se remettre.

Ceux qui m’inquiètent, ce sont ceux qui constituent les 20%, en particulier ceux qui sont des cas graves ou qui sont sous respiration artificielle, ce qui signifie que des complications du virus sur le poumon sont présentes, et donc la maladie est différente dans ce cas.

Nous ne sommes plus devant un problème de virus, mais devant un problème de pneumonie ou d’artérite pulmonaire, lesquelles nécessitent un traitement différent, en plus de l’antibiotique, de la respiration artificielle, de corticostéroïde (DEXAMETAZONE, par exemple), et d’anticoagulants.Tous ces médicaments sont disponibles et utilisés.

Alors, pourquoi y a-t-il une forte augmentation du nombre de décès ?

Je pense que le problème est dû au retard de prise en charge en milieu hospitalier et à la méconnaissance du danger du Covid-19 pour les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques.

C’est la catégorie de citoyens que les campagnes de sensibilisation devraient cibler de manière régulière.

Malgré tout cela, le nouveau protocole pour cette maladie est logique, c’est-à-dire la forme d’examen initial et de traitement à domicile pour ceux qui ont des symptômes légers ou qui n’ont pas de symptômes, la fermeture des quartiers où il y a des foyers d’infections... etc.

Enfin, il faut surtout se garder de prendre le risque d’un nouveau confinement généralisé !

Oh mon Dieu, sauvez-nous de cette pandémie et guidez nos compatriotes vers le respect des recommandations de base de précaution (masque, distanciation, lavage des mains et autres mesures préventives)!

Mieux vaut prévenir que guérir.

Traduit par Dr Samir BELAHCEN

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Octobre 2020 - 10:41 2021 l’année de tous les télescopages