Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Traite des êtres humains : arrestation de sept étrangers à l'aéroport Mohammed V


Rédigé par Kawtar Chaat le Mercredi 13 Avril 2022

Sept ressortissants étrangers, dont 4 Bulgares et 3 Iraniens âgés entre 28 et 68 ans, ont été interpellés par les éléments de police du district de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, ce mardi, pour liens présumés avec un réseau international de traite des êtres humains et d’immigration clandestine.



Traite des êtres humains : arrestation de sept étrangers à l'aéroport Mohammed V
Les opérations de contrôle aux frontières menées à l'aéroport ont conduit à l'arrestation de trois Iraniens accusés d'avoir tenté de migrer illégalement vers un aéroport espagnol avec de faux documents de voyage, selon une méthode criminelle d'enregistrement frauduleux sur plusieurs vols.

Les investigations menées ont également permis l'arrestation de quatre Bulgares, présumés impliqués dans la planification de cette tentative d'immigration clandestine, indique un communiqué publié mercredi par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

L'instruction de cette affaire a été confiée à la Brigade nationale de la Police judiciaire (BNPJ), sous la supervision du Parquet compétent, afin de déterminer les ramifications internationales de ce réseau ainsi que ses jonctions avec les réseaux européens et asiatiques d’immigration illégale et de traite des êtres humains, précise la même source.

Le DGSN ajoute que les perquisitions menées dans cette affaire ont abouti à la confiscation de plusieurs faux documents de voyage, cartes d'embarquement et téléphones portables équipés de cartes SIM internationales pour faciliter la communication entre les membres du réseau et les candidats à l'immigration lors des opérations de transit.

Tous les prévenus ont été placés en garde à vue pour les besoins de l'enquête menée par le bureau national de lutte contre l’immigration illégale, affilié à la BNPJ, sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer toutes les ramifications régionales et internationales de ce réseau criminel, conclut la DGSN.