Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Tourisme : Quelles perspectives pour la phase post-crise ?


Rédigé par S.J le Jeudi 21 Mai 2020

Le tourisme souffre énormément de la crise Covid-19, certaines régions dont l’économie dépend principalement de ce secteur se trouvent aujoud’hui à l’arrêt. Ainsi des professionnels opérant dans les régions du Nord ont examiné, lors d’une vidéoconférence, les perspectives du secteur dans la région après le coronavirus.



Touché de plein fouet par la pandémie (Covid-19), le secteur touristique au Maroc représente près de 2 millions d’emplois directs et indirects, des recettes de l’ordre de 80 milliards de dirhams pour le tourisme étranger, et environ 45 milliards de dirhams pour le tourisme domestique. Dans certaines régions, notamment au Nord du Royaume, le mal se fait sentir plus que dans les autres régions. C’est dans ce sens que des professionnels du tourisme ont examiné, los d'une visioconférence organisée mardi, les perspectives du secteur dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima après la crise du coronavirus.
Initiée en partenariat avec la Chambre de commerce, d'industrie et de services de la région et le Conseil régional du tourisme (CRT), les participants se sont arrêtés sur l'impact économique et social de la pandémie sur le secteur au Maroc, notant qu'environ 750.000 personnes sont employées directement par ce secteur qui génère un revenu de plus de 75 MMDH par an.
 
À cette occasion, la présidente du Conseil régional du tourisme, Rkia Alaoui, a souligné que pour faire face aux répercussions de la pandémie, qui a suspendu les activités de l'aviation et mondiale et du tourisme, il est impératif de revoir l'action du Conseil régional du tourisme pour se focaliser sur les touristes nationaux, expliquant que, 65% des touristes marocains ont exprimé leur préférence pour la destination Nord, qui pourrait constituer une alternative pour les professionnels du secteur, étant donné que le total des dépenses des touristes marocains à l'étranger s'élèvent à 20 MMDH par an.

Ainsi, une campagne de promotion et de communication sera annoncée prochainement dans le but de renforcer l'attrait touristique de cette région, de mettre en avant les mesures prises pour accueillir les touristes nationaux et de mieux faire connaître les différentes provinces et préfectures de la région, a-t-elle mis en exergue, soulignant l'importance d'inciter les Marocains à consommer les produits du pays. Elle a relevé également l'importance de maintenir les objectifs majeurs du schéma touristique régional à moyen et long termes, à savoir la promotion du tourisme de croisière, la création d'une nouvelle génération d'outils pour l'action touristique et le lancement d'un système numérique pour le CRT.

Investir dans le tourisme local en priorité

De son côté, le délégué régional du tourisme, Saad Abassi, a fait savoir que le secteur du tourisme dans le monde a été fortement affecté par la baisse des recettes estimée entre 20% et 30%, soit une perte de 300 à 400 milliards de dollars en 2020, relevant également une baisse des différents indicateurs du secteur du tourisme au Maroc en raison de la pandémie, notamment le trafic aérien et les réservations via les agences internationales et les applications électroniques, ce qui a eu des effets négatifs sur les entreprises touristiques et leur capacité d'emploi.
 
Évoquant les mesures prises par le ministère du Tourisme pour soutenir les agences de voyage, les hôtels et les guides, M. Abassi a estimé que les mesures à court terme devraient se focaliser sur la promotion du tourisme local et la diversification des offres, appelant les Marocains à redécouvrir le charme du Royaume et ses atouts touristiques, en plus de la conjugaison des efforts pour attirer les touristes internationaux après la levée des restrictions de voyage.
 
Par ailleurs, il a mis l'accent sur la nécessité de restaurer la confiance des consommateurs grâce à l'adoption de mesures préventives et en brisant tout obstacle psychologique lié au voyage après la pandémie.