Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Télétravail et protection des yeux font-ils bon ménage ?

Confinement


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 13 Avril 2020

En cette période de confinement obligatoire, les télétravailleurs ont les yeux rivés sur leurs écrans. Une pratique qui n’est pas sans conséquences sur l’acuité visuelle.



Nombreuses sont les personnes qui exécutent leurs activités professionnelles de chez elles. Celles parmi elles qui utilisent un ordinateur ne manquent pas, après de longues périodes de travail, qui peuvent parfois durer 12 heures, passées même par intermittences devant l’écran, de manifester des signes de malaise: maux de tête, picotements des yeux...

Actuellement, à cause du confinement, il y a une surconsommation des écrans, d’où surexposition des yeux avec le lot d’incommodités que cela engendre. Le constat de cette implication ne date pas d’hier. « Même avant le confinement, on constatait une grande exposition des enfants aux smartphones et gadgets technologiques. Nous recevions beaucoup de cas d’enfants en bas âge qui souffraient d’une grande fatigue oculaire », a affirmé Dr Omar Fellahi, chirurgien ophtalmologiste à Rabat.

Qu’on soit enfant ou adulte, installé dans son bureau, sur le canapé ou derrière une table de cuisine, les conséquences de cette surconsommation sont communes.

Des risques à court et à moyen termes

Les conséquences sur l’activité visuelle sont certainement amplifiées par le nouveau mode d’activité : le télétravail. Devant les écrans, nos yeux encourent trois principaux risques visuels. Premièrement la sécheresse. Cette dernière est synonyme de diminution de la fréquence du clignement des yeux. « Le degré de concentration est très élevé devant les écrans, ce qui se traduit par une diminution de la fréquence du clignement. Scientifiquement parlant, cette fréquence est entre 25 et 30 clignements par minute en moyenne.

Elle a une tendance baissière devant l’écran », explique Dr Fellahi.

Le deuxième risque majeur est la fatigue des muscles oculomoteurs. Le fait de regarder un écran pendant longtemps entraîne un relâchement des muscles oculaires, causant des céphalées et un flou visuel.

Le 3ème risque est l’exposition à la lumière bleue. Elle est délétère, et pourrait avoir des effets sur les structures de l’oeil.

« Jusqu’à présent, plusieurs études sont en cours de réalisation, qui ne nous permettent pas de connaître les vrais effets de cette lumière bleue sur l’oeil. Toutefois, ce qui est sûr, porter des lunettes filtrant cette lumière est recommandé aux adultes pour protéger leur rétine, leur cornée.... Contrairement aux enfants, cette lumière bleue leur est bénéfique et aide dans le développement de leurs yeux », selon Dr Fellahi.

Néanmoins, Dr Fellahi rassure que le confinement obligatoire et le télétravail ne causeraient pas de dommages permanents mais plutôt temporaires, qui peuvent être dépassés, après que la vie reprenne son cours.

Safaa KSAANI

3 questions au Dr Omar Fellahi, chirurgien ophtalmologiste à Rabat.

Dr Omar Fellahi
Dr Omar Fellahi
« Se protéger les yeux en respectant certaines consignes »

- Quels sont les critères d’un bon milieu de travail pour éviter les malaises des yeux ?
 
- En cette période de confinement, le bon milieu de travail est un milieu aéré, où la luminosité est suffisante, avec une lumière du jour de préférence.

Il faut essayer de garder une distance d’à peu près 40 centimètres entre les yeux et les écrans. Très important aussi : travailler loin des climatiseurs, qui agressent les yeux en causant une sécheresse oculaire et en modifiant la qualité des larmes. Ces conditions sont valables partout et pour tout le monde.

- Que recommandez-vous aux personnes, notamment âgées, obligées d’utiliser les écrans toute la journée ?
 
- Pris de court par le confinement, les gens n’avaient pas le privilège de se préparer pour protéger leurs yeux. Toutefois, un minimum de consignes peut être respecté pour ce faire. Il faut essayer de se prémunir en favorisant des pauses d’une dizaine de minutes toutes les demies-heure. Dans le cas où on sent des signes cliniques, en l’occurrence, des rougeurs, des maux de tête, des sensations de corps étrangers, une fatigue oculaire, les sujets peuvent appeler les ophtalmologues. Nous sommes mobilisés chaque jour pour les servir et pour recevoir les cas urgents, confinement oblige.

- Cela dit, le télétravail, basé majoritairement sur l’usage des écrans, ne cause-t-il pas de dommages permanents aux yeux ?

- Si la durée du confinement obligatoire n’est pas très longue, la surexposition aux écrans peut occasionner des dommages temporaires, mais, en général, sans grande gravité. Ils pourraient se corriger avec le temps. Il y aura tout de même des fatigues et des malaises.
Recueillis par
S. K
.