Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

Souveraineté sanitaire


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 16 Mars 2021



Encore une fois, le Maroc joue la carte de la souveraineté sanitaire. Un prin­cipe qui lui a jusqu’ici réussi. Comme nous avions eu à le constater aux prémices de la pandémie, lorsque le Royaume avait décidé de faire fi des débats houleux et alambiqués autour de l’usage ou non de la chloroquine, ainsi que concernant la pertinence de la généralisation des masques, notre pays a eu le courage d’adopter des voies différentes qui se sont par la suite avé­rées concluantes. C’est qu’on ne change pas les méthodes qui gagnent, celles-là mêmes qui avaient été frontalement décriées, mais dont le temps a ensuite attesté de la pertinence.

En plus de l’hydroxychloroquine et des masques, il s’agit notamment de l’institution du confinement généra­lisé, de la fermeture des frontières et aujourd’hui du maintien de la vac­cination à base d’AstraZeneca que tout indique qu’elle sera poursuivie. A la décharge de ce vaccin, décrié aujourd’hui principalement en cette Europe récemment «Brexitée» du Royaume-Uni dont il est issu et qui a collectionné les travers dans sa gestion de la pandémie depuis ses débuts, son coût raisonnable, ses conditions de stockage faciles et son efficacité attestée par les millions de doses jusqu’ici inoculées partout dans le monde, mais aussi au Maroc où le nombre des vaccinés AstraZeneca dé­passe les 4 millions, sans qu’aucune complication significative n’ait été à ce jour signalée.

L’autre argument qui pourrait plaider pour le maintien du vaccin AstraZeneca, c’est que le Maroc compte parmi les premiers pays l’ayant commandé et ayant sécurisé sa livraison par des clauses contractuelles qui assurent l’envoi sous nos cieux de 27 millions de doses. Face donc aux «chinoiseries» qui entachent la livraison en flux tendu des millions de doses du vaccin Sino­pharm promis, et au lendemain du soulagement de la concurrence autour du vaccin AstraZeneca après la sus­pension de son usage dans cette même Europe qui menaçait il y a quelques jours de sanctions les producteurs qui s’aventureraient à l’exporter hors de ses frontières, le Maroc n’a d’autre choix que de persévérer dans son choix souverain, mais également stra­tégique. L’avenir lui donnera certaine­ment et encore une fois raison

  



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Avril 2021 - 15:04 ​Altruisme Royal

Jeudi 15 Avril 2021 - 16:21 L'Opinion : A quand la vie normale ?