L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Sécurité : AUKUS, un pacte qui souffle à la France un marché de 50 milliards d’Euros


Rédigé par La rédaction le Jeudi 16 Septembre 2021

AUKUS est le pacte de sécurité tripartite entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, pour contrer la Chine. La France en fait les frais.



Il s’agit d’un vaste partenariat en matière de sécurité, de cyberdéfense, d'intelligence artificielle et de technologies quantiques destiné à contrecarre l'influence de la Chine. Les trois dirigeants, américain, australien et britannique, ont annoncé cette nouvelle alliance lors d’une conférence de presse virtuelle.

"Il s'agit d'investir dans notre plus grande source de force, nos alliances, et de les mettre à jour pour mieux faire face aux menaces d'aujourd'hui et de demain. Il s'agit de souder les alliés et partenaires actuels de l'Amérique de manière nouvelle et d'amplifier notre capacité à collaborer, en reconnaissant qu'il n'y a pas de fracture régionale séparant les intérêts de nos partenaires de l'Atlantique et du Pacifique" a expliqué Joe Biden, le président des États-Unis.

Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, a souligné que "Le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis créent un nouveau partenariat de défense trilatéral appelé AUKUS, dans le but de travailler main dans la main pour préserver la sécurité et la stabilité dans la zone indo-Pacifique. Nous ouvrons un nouveau chapitre dans notre amitié, et le premier objectif de ce partenariat sera d'aider l'Australie à acquérir une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire".

Pékin dans le collimateur

Bien que l'accord ne cite pas spécifiquement la Chine, Pékin occupe une place importante en arrière-plan. Le pacte intervient à un moment de tensions croissantes dans la région Asie-Pacifique, en particulier à propos de Taïwan, et de la présence croissante de la Chine en mer de Chine méridionale. Les responsables américains s'adressant aux journalistes avant l'annonce n'ont pas mentionné la Chine, parlant plutôt de « maintenir et d'améliorer la dissuasion », mais ont laissé peu de doute sur la partie qu'Aukus était censé dissuader. Et comme l'Australie a adopté une rhétorique de plus en plus belliciste sur Pékin, le positionnement plus doux de la Nouvelle-Zélande a parfois fait sourciller à travers la Tasmanie et au Royaume-Uni.

"Sur la base de notre histoire commune de démocraties maritimes, nous nous engageons dans une ambition commune pour soutenir l'Australie dans l'acquisition de sous-marins à  propulsion nucléaire", ont fait savoir les trois partenaires dans un communiqué commun, qui précise qu'il s'agit bien de propulsion, et non d'armement.

"Le seul pays avec lequel les Etats-Unis ont jamais partagé ce type de technologie de propulsion nucléaire est la Grande-Bretagne" à partir de 1958, avait indiqué plus tôt un haut responsable de la Maison Blanche. "C'est une décision fondamentale, fondamentale. Cela va lier l'Australie, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour des générations".

Scott Morrison, Premier ministre australien a précisé de son côté l’intention australienne de "construire ces sous-marins à Adélaïde, en Australie, en étroite collaboration avec le Royaume-Uni et les États-Unis. Mais laissez-moi être clair : l'Australie ne cherche pas à acquérir des armes nucléaires ou à se doter d'une capacité nucléaire civile".

La France inconsolable

Ce pacte historique s'est donc immédiatement traduit par un coup de poignard pour la France puisque le contrat passé en 2016 entre Canberra et Paris pour la livraison de 12 sous-marins à propulsion conventionnels est annulé. Ce sont 56 milliards d'euros qui échappent ainsi à l'industrie navale française.

"La décision que nous avons prise de ne pas continuer avec les sous-marins de classe Attack et de prendre un autre chemin n'est pas un changement d'avis, c'est un changement de besoin", a expliqué jeudi le Premier ministre australien.

"Une décision regrettable" et "contraire à la lettre et à l'esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l'Australie" ont réagi les ministères de la Défense et des Affaires étrangères français. Et il n'est pas sûr que Paris se console avec les propos conciliants de Joe Biden, qui assure vouloir "travailler étroitement avec la France" dans cette zone stratégique indo-pacifique et qui qualifie la France de "partenaire clé" des Etats-Unis.

La Nouvelle-Zélande, qui interdit ses eaux à tout navire à propulsion nucléaire depuis 1985, a annoncé que les futurs sous-marins de son voisin et allié australien ne seraient pas les bienvenus chez elle.

L'Australie, elle, a affirmé jeudi, après l'annonce du pacte Aukus, qu'elle lançait une "invitation ouverte" au dialogue au président chinois Xi Jinping.

Quant au président américain qui entend se mesurer à la Chine dans la région, mais à sa manière donc, il réunira le 24 septembre à Washington les Premiers ministres australien, indien et japonais pour relancer un format diplomatique, le "Quad", qui végétait depuis plusieurs années.
 

 
Les eaux de la Nouvelle-Zélande interdites aux sous-marins nucléaires

Mercredi, les trois pays ont annoncé un partenariat de sécurité trilatéral, Aukus, visant à affronter la Chine, qui inclut d'aider l'Australie à construire des sous-marins à propulsion nucléaire. La Nouvelle-Zélande et le Canada étaient notamment absents.

La politique antinucléaire de longue date de la Nouvelle-Zélande signifie également que les sous-marins australiens développés dans le cadre de l'accord sont interdits dans les eaux néo-zélandaises.

"La position de la Nouvelle-Zélande concernant l'interdiction des navires à propulsion nucléaire dans nos eaux reste inchangée", a déclaré jeudi la Première ministre Jacinda Ardern qui a aussi souligné que le nouvel accord « ne modifie en rien nos liens de sécurité et de renseignement avec ces trois pays, ainsi qu'avec le Canada ». Interrogée par des journalistes si la Nouvelle-Zélande s'était vu offrir une place, Ardern a déclaré: "Nous n'avons pas été approchés, et je ne m'attendrais pas à ce que nous le soyons".

Cependant, la Nouvelle-Zélande « brille par son absence », a déclaré Geoffrey Miller, analyste international au Democracy Project.  Mais un professeur directeur du Centre d'études stratégiques de l'Université Victoria à Wellington, en l’occurrence David Capie,  a déclaré que la Nouvelle-Zélande n'était pas "mise à l'écart", mais que l'accord illustrait plus clairement les différences existantes entre le pays et ses partenaires de sécurité.

"Cela met en évidence ce niveau beaucoup plus profond d'intégration australienne dans la planification de la défense et de la sécurité des États-Unis et la réflexion sur la Chine et la région", a-t-il déclaré.