Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.


Rédigé par A.M le Samedi 24 Octobre 2020

Le Burundi a réitéré son soutien à une solution politique au conflit du Sahara, et ce, par la voix de sa représentante aux Nations unies, qui a rappelé que la persistance de ce différend régional entrave l'intégration maghrébine.



Lors de la réunion de la 4ème Commission de l'Assemblée générale des Nations unies, tenue vendredi, la représentante du Burundi a déclaré que " la montée de l’instabilité et de l’insécurité au Sahel et à sa périphérie appelle de toute urgence le règlement de ce différend, d’autant plus que la persistance du conflit entrave l’intégration plus poussée du Maghreb qui devient plus que jamais indispensable"
 
La diplomate burundaise a poursuivi en précisant que "la résolution politique de ce différend de longue date et la coopération renforcée entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel", comme le recommandent les résolutions 2414, 2440, 2468 et 2494 du Conseil de Sécurité, a-t-elle indiqué.
 
Par ailleurs, le Burundi soutient le processus politique en cours, tenu sous les auspices exclusifs du Secrétaire général des Nations Unies, visant à parvenir à une solution politique, mutuellement acceptable et négociée" au différend régional sur le Sahara, "fondée sur le réalisme et un esprit de compromis, a rappelé la représentante burundaise, ajoutant que cela fait partie des recommandations des résolutions du Conseil de sécurité, depuis 2007.
 
De même, la représentante s’est félicitée du nouvel élan impulsé par les deux tables rondes sur la question du Sahara marocain tenues respectivement les 5 et 6 décembre 2018 et les 21 et 22 mars 2019, et de la volonté exprimée par le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario de participer "d’une manière sérieuse et respectueuse", au processus politique engagé par l’Organisation des Nations unies.
 
L’engagement des quatre parties "à se réunir pour une troisième table ronde, dans le même format, comme stipulé dans la résolution 2494 est aussi un fait encourageant", a conclu la diplomate burundaise.

(Avec MAP)