Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rapport du WEF : L’interminable lutte pour la parité au Maroc


Rédigé par Hajar LEBABI le Lundi 17 Août 2020

L’égalité entre les sexes demeure un champ qui nécessite beaucoup d’efforts. Partout dans le monde, des difficultés sont présentes dans divers domaines. Le Maroc ne fait pas l’exception.



Rapport du WEF : L’interminable lutte pour la parité au Maroc
Le rapport de 2020 sur la parité entre les hommes et les femmes dans le monde (Global Gender Gap Report 2020), élaboré par le Forum économique mondial (WEF), a révélé le retard du Maroc en matière de parité entre les hommes et les femmes. Au niveau mondial, le Royaume arrive à la 143ème place sur un total de 153 pays figurant sur le rapport. Le pays a donc perdu 6 places dans ce classement. Dans la région MENA, il est classé à la 12ème place.

Dans le domaine de la participation et des opportunités économiques, le Maroc arrive au 146ème rang. Il s’agit d’une analyse des salaires, de la participation économique et des fonctions dirigeantes. En matière d’éducation, qui se base sur l’accès à l’éducation de base et sur l’enseignement supérieur, le Maroc arrive à la 115ème place. Ceci dit, le Maroc est placé au 1er rang en ce qui concerne les inscriptions dans l’enseignement primaire et secondaire.

Quand il s’agit de la santé et de la survie, se basant sur l’espérance de vie et le ratio filles-garçons, le Royaume a du retard et se place à la 138ème position. Il en va de même pour l’émancipation politique, axée sur la représentativité au sein des structures décisionnaires, où le Maroc est classé à la 123ème place. 

La région MENA, première victime de la disparité

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord obtient le score le plus bas, à savoir 61,1%, bien qu’elle ait réduit son écart de 0,5 point depuis l’année dernière. Sur ce rythme, il faudrait encore près de 150 ans pour que cette zone parvienne à la parité. La région a essentiellement récolté l’écart entre les sexes quand il s’agit de santé, avec un score moyen de 96,9%. Dans tous les pays, à l’exception de Bahreïn et du Koweït, les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes. L’écart entre les sexes en matière d’éducation dans la région est extrêmement étroit, avec un score de 98.

Plusieurs disparités se maintiennent entre les sexes, en ce qui concerne l’alphabétisation. Au Yémen, seulement 35% des femmes sont alphabétisées contre 73% des hommes. En Mauritanie et au Maroc, l’écart est d’environ 20 points de pourcentage. Si la situation est globalement satisfaisante en termes de résultats de santé et de niveau de scolarité, l’écart entre les sexes est très pesant dans les deux autres catégories. Le score moyen de la région dans le sous-indice d’émancipation politique est de 10,2%, la pire performance de toutes les régions et quatre fois pire que la moyenne de l’Europe occidentale. Ceci dit, la moyenne a presque triplé depuis 2006, où le score était de 3,5%. En matière de participation politique, les femmes ne sont pas très présentes dans la vie politique à Oman et au Yémen. Il n’y a eu aucune femme chef d’Etat au cours des 50 dernières années dans 17 des 19 pays MENA étudiés par le WEF. Seuls Israël et la Turquie ont une femme chef d’Etat. La représentation féminine moyenne au Parlement est de 15%, la part la plus faible de toutes les régions.

Cet écart se maintient même quand il s’agit de l’économie. En effet, les marchés du travail de la région sont caractérisés par une faible participation des femmes et une discrimination à leur égard, avec des conséquences sur la croissance économique, la cohésion sociale et la mobilité sociale. Le score moyen régional sur le sous-indice de la participation et des opportunités économiques est de 42,5%. Dans 16 pays, moins de la moitié des femmes participent à la population active. Le taux est même inférieur à 20% dans six pays, y compris au Yémen (où le taux de participation féminine de 6,3% est le plus bas du monde). En outre, le revenu gagné estimé des femmes représente en moyenne 28% de ce que gagnent les hommes. Dans six pays, le ratio est inférieur à un cinquième.

Egalité homme-femme : un défi mondial

Depuis 2006, l’Indice mondial de l’écart entre les sexes mesure l’étendue des écarts entre les sexes dans quatre dimensions clés (participation et opportunités économiques, niveau d’éducation, santé et survie et autonomisation politique) et suit les progrès accomplis pour combler ces écarts au fil du temps. La méthodologie et l’analyse quantitative qui sous-tendent les classements sont destinées à servir de base à la conception de mesures efficaces pour réduire les écarts entre les sexes. La méthodologie de l’indice est restée stable depuis sa conception initiale en 2006, fournissant une base pour une solide analyse transnationale et chronologique.

L’analyse présentée dans le Global Gender Gap Report 2020 repose sur une méthodologie intégrant les dernières statistiques des organisations internationales et une enquête auprès des cadres.

À l’échelle mondiale, la distance moyenne parcourue (pondérée en fonction de la population) jusqu’à la parité est de 68,6%, ce qui constitue une nouvelle amélioration depuis la dernière édition. À ce jour, il existe toujours un écart moyen entre les sexes de 31,4% qui reste à combler dans le monde. L’augmentation positive du score global moyen se traduit par la progression de plusieurs pays vers la parité entre les sexes (bien que souvent à un rythme lent) : 101 des 149 pays couverts à la fois cette année et l’année dernière ont augmenté leurs scores. 

Dans les quatre sous-indices, en moyenne, la plus grande disparité entre les sexes est, encore une fois, l’écart d’autonomisation politique. Bien qu’il s’agisse de la dimension la plus améliorée cette année (à l’origine de la performance positive globale), seulement 24,7% de l’écart mondial d’autonomisation politique a été comblé en 2020. Le deuxième plus grand écart concerne la participation et les opportunités économiques. 57,8% de cet écart a été comblé jusqu’à présent, ce qui représente un léger recul par rapport à l’année dernière. Les progrès vers la réduction des écarts entre le niveau de scolarité et la santé et la survie sont plus avancés : 96,1% et 95,7%, respectivement, de ces écarts ont été comblés à ce jour, les deux se sont légèrement améliorés depuis l’année dernière.

Hajar LEBABI 

Repères

Plusieurs années pour atteindre l’égalité
Le temps nécessaire pour parvenir à la parité a été réduit à 99,5 ans au cours de l’année 2019. Même s’il s’agit d’une amélioration par rapport à 2018, combler l’écart entre les sexes nécessitait alors 108 ans. Cela continue de signifier que réaliser la parité entre hommes et femmes dans les domaines de la santé, de l’éducation, du travail et de la politique prendra du temps. L’amélioration de la représentation politique a contribué à réduire l’écart global entre les sexes dans le monde, bien que les perspectives économiques se soient détériorées au cours des 12 derniers mois. Il faudra encore 95 ans pour parvenir à la parité en politique, contre 107 ans l’an dernier.  
Une campagne pour donner la parole aux Marocaines
Pour mettre en évidence les problèmes urgents liés au genre dans le pays, la campagne «Chnou Bghiti» pose aux Marocaines une question simple : «Que voulez-vous ? ». La campagne vise à sensibiliser les Marocains aux inégalités entre les sexes et aux besoins des femmes au Maroc aux niveaux professionnel et personnel. Global Shapers, un réseau de jeunes leaders animant le dialogue, l’action et le changement, a lancé la campagne en partenariat avec We for She. Le réseau est né de l’initiative du Forum économique mondial visant à faciliter le changement social et économique dans 160 pays, dont le Maroc.
Intégration politique des femmes : un concept inexistant dans plusieurs pays
Parallèlement à l’amélioration de la représentation des femmes parmi les dirigeants politiques, le nombre de femmes occupant des postes de responsabilité au sein de la dimension Participation économique et opportunités a également augmenté. Dans le monde, 36% des cadres supérieurs du secteur privé et des fonctionnaires du secteur public sont des femmes (environ 2% de plus que le chiffre indiqué l’année dernière). Malgré ces progrès, l’écart à combler sur cet aspect reste important, car seule une poignée de pays se rapproche de la parité.