Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ramadan : Pas de Tarawih cette année


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 5 Avril 2021

Alors que le mois sacré s’approche de plus en plus, les mesures restrictives de déplacement seront maintenues durant la nuit. Les prières collectives des « Tarawih » n’auront pas lieu pour la deuxième année consécutive, apprend-on de sources bien informées.




À l’approche du Ramadan, plusieurs Marocains demeurent perplexes et s’impatientent de prendre connaissance des mesures que le gouvernement de Saad dine El Othmani prendra, notamment concernant la tenue des prières, au moment où les rumeurs abondent sur un potentiel couvre-feu.

Selon des sources bien informées, on ne devra pas s’attendre à la possibilité de la tenue de la prière des Tarawih cette année. Quant au reste des prières, les mosquées ouvriront pourtant leurs portes pour les prières de Dohr et d’Al Asr, nous confie nos sources, ajoutant qu’elles n’ouvriront pas non plus pour la prière du Sobh.

Concernant le couvre-feu, bien que les rumeurs abondent de part et d’autre, aucune décision officielle n’est prise jusqu’à présent, nous expliquent les mêmes sources, soulignant que la question d’un prolongement est en cours d’examen.  En effet, plusieurs experts, virologues et épidémiologistes ont insisté sur la nécessité de maintenir le couvre-feu durant le Ramadan, de peur de la propagation d’une nouvelle vague du covid-19, après la détection de plusieurs cas du nouveau variant britannique sur le sol national. Plus de 73 cas ont été annoncés par le ministère de la Santé.

Selon Tayeb Hamdi, chercheur en politiques et systèmes de Santé, il est préférable de maintenir les mesures préventives y compris le couvre-feu pendant le mois sacré, pour pouvoir alléger les restrictions dans les premiers mois d’été.

Notons que la cadence de la campagne de vaccination a baissé ces dernières semaines, à cause du retard de livraison des vaccins, aussi bien celui d’AstraZeneca que de Sinopharm. Un retard qui, semble-t-il, incite les autorités à plus de vigilance quant au prolongement de l’état d’urgence sanitaire.