Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Plus d'un million de Marocains risquent de basculer dans la pauvreté


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 17 Août 2020

Dans leur note stratégique sur l’impact de la Covid-19 au Maroc, le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le système des Nations Unies (SNU) et la Banque Mondiale (BM), révèlent que la proportion des personnes pauvres pourrait passer de 17,1% de la population en 2019 à environ 19.87% en 2020, soit 1,058 million de personnes additionnelles. Détails



Plus d'un million de Marocains risquent de basculer dans la pauvreté
En analysant l’impact social de la Covid-19 sur le Maroc, le HCP, la BM et le SNU relèvent que l’incidence de la pauvreté pourrait atteindre 6.6% en 2020 au Maroc,  selon les nouvelles estimations de la Banque mondiale. Dans ce sens, en raison de la crise économique et sociale déclenchée par la COVID-19, la proportion de personnes « vulnérables à la pauvreté » et/ou « pauvres » pourrait passer de 17,1% de la population en 2019 à environ 19.87% en 2020, soit 1,058 million de personnes en plus.

Selon les critères de la banque mondiale, la vulnérabilité à la pauvreté, mesure le risque pour un individu de basculer dans la pauvreté, si les filets de sécurité ne lui permettent pas de faire face à des chocs économiques et sociaux ou à des situations très défavorables. La méthode de mesure de la « vulnérabilité à la pauvreté » consiste à estimer la part de la population dont le niveau de consommation par tête se situe dans une fourchette comprise entre le seuil de pauvreté et une fois et demie ce seuil.



En ce qui concerne l'impact socio-économique, la note précise que la crise sera sans doute ressenti en premier lieu et durement par les travailleurs du secteur informel qui représentent une grande majorité des marocains actifs et populations étrangères (migrants, réfugiés), et qui sont généralement employés dans des secteurs particulièrement vulnérables à la crise, comme le secteur du tourisme ou des transports, la vente au détail, ou encore la « gig économie » mais également par tous ceux dont le travail ne peut pas se faire à distance.

Par ailleurs, la note rappelle qu’au cours des vingt dernières années, le Maroc a réussi une réduction significative de la pauvreté monétaire, passée de 15.3% en 2001 à 4.8% en 2014 selon le HCP.