L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
L'Opinion

Plus d’investissement, mais plus de cadrage aussi !


Rédigé par Saâd JAFRI le Dimanche 7 Août 2022



Plus d’investissement, mais plus de cadrage aussi !
Deux semaines après la clôture de la première année du mandat du gouvernement Akhannouch, ce dernier a signé la lettre de cadrage du projet de Loi des Finances 2023, qui fixe les principaux objectifs économiques à atteindre et les principales orientations de la politique budgétaire de l’Etat.

Pour poursuivre dans le chemin tracé de la relance, l’Exécutif mise davantage sur l’investissement, dont une Charte dédiée vient de voir le jour, visant à encourager l’investissement privé à travers une batterie de mesures incitatives, dont des primes «sectorielles» et «territoriales », sans oublier les avantages fiscaux et douaniers, ainsi que les garanties de l’Etat en faveur des investisseurs étrangers, faisant du Royaume un eldorado pour les détenteurs de fonds.

Une orientation nécessaire, du moins pour la prochaine année législative, du moment que les pressions inflationnistes continuent leurs ravages et que les chaînes de production et d’approvisionnement mondiales sont toujours étouffées suite aux conflits géopolitiques en Europe et en Asie. Le PLF 2023 se penchera également sur la consolidation de la justice territoriale, afin d’optimiser les résultats des investissements et des chantiers structurants lancés par l’Etat. Car oui, durant les dernières années, le Maroc a investi près de 30% de son PIB, pourtant, il demeure incapable de générer une croissance digne des pays émergents.

Les initiatives gouvernementales doivent donc être accompagnées par un processus d’assainissement de l’écosystème du tissu économique pour garantir la réussite de la relance. Les efforts fournis dernièrement par le Conseil de la Concurrence sont un bon début, et il devrait être suivi par différentes instances pour rayer les pratiques qui entravent le développement de l’économie nationale. C’est ce même travail de gendarme qui améliorerait les conditions de vie de la classe moyenne. Car même en baissant l’IR et en haussant les salaires, tant que les opérateurs économiques ne respectent pas la loi, les citoyens vivront la misère.





Saâd JAFRI



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Octobre 2022 - 15:54 Retraite : fin ou début de vie ?






🔴 Top News