L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

Pendant 5 semaines consécutives, la situation épidémiologique continue de s'améliorer


Rédigé par K.CH le Lundi 21 Mars 2022

depuis 5 semaines successives, le niveau de transmission du virus SARS-CoV-2 est resté faible au Maroc, et la période post-vague Omicron se poursuit en parallèle pendant la troisième semaine, comme l'a expliqué le coordonnateur du Centre national des opérations d'urgence de santé publique, Mouad Mrabet.



« Aors que les données de surveillance de la covid-19 au niveau mondial évoquent une reprise de l’intensification de la circulation virale dans plusieurs pays d'Europe occidentale, le niveau de transmission du SARS-CoV-2 au Maroc continue à être faible depuis 5 semaines successives (...) la période post Vague Omicron se poursuit pour la 3ème semaine », a écrit Mrabet dans un commentaire sur la situation épidémiologique au 20 mars, posté sur LinkedIn.

 

L'expert a également souligné que les deux dernières semaines ont été marquées par des valeurs les plus basses de certains indicateurs depuis le début de la transmission communautaire du SARS-CoV-2 au Maroc, faisant état d'une incidence hebdomadaire stagnante de 1.1-1.2 cas/ 100.000 Hts et d'un taux de positivité hebdomadaire stagnant à moins de 1% pour la deuxième semaine malgré la diminution du testing.

 

Quant à l’incidence hebdomadaire de la Covidose grave, elle est entre 1 à 2 cas /1 million d'habitants, a noté Mrabet, indiquant que le nombre de décès hebdomadaires est parmi les plus bas durant la phase III de l'épidémie au Maroc.

 

Il a par ailleurs révélé que la situation épidémiologique actuelle est la meilleure, soutenant que le risque d'une résurgence des cas dans les semaines à venir n'est toutefois pas nul vu la situation dans les pays européens.

 

La vaccination est très conseillée en cette période pour préparer notre système immunitaire à une éventuelle reprise pendant laquelle le risque de contamination augmente, a estimé Mrabet, ajoutant que pour réduire le risque de Covidose grave, « notre immunité doit être préalablement boostée ».