L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Peines alternatives : Comment Ouahbi veut discipliner les « hooligans »


Rédigé par L'Opinion Mardi 20 Juin 2023

Après l'adoption des peines alternatives, ce nouveau mécanisme de sanction peut servir pour discipliner les mineurs condamnés pour des actes de vandalisme dans les stades. Détails.




Lors de son dernier passage au plateau de 2M, où il a parlé longuement des peines alternatives,  le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a cité l’exemple des mineurs impliqués dans les actes de vandalisme durant les matches de football. Pour s’en prendre aux « hooligans », la prison n’est pas le meilleur remède, pense-t-il. Raison pour laquelle il veut appliquer des peines de travail d’intérêt général aux mineurs dans l’espoir de les dissuader davantage. Chose que beaucoup de gens peinent à comprendre vu le degré de violence qui règne dans les stades.

Pratiquement, le ministre a proposé, durant son passage télévisé, de priver les mineurs condamnés pour vandalisme, et qui ont des antécédents, de regarder les matches pour une durée déterminée. Au lieu de purger leur peine dans les prisons, il serait plus efficace en termes de discipline de les contraindre à se présenter à un poste de police où ils resteront en rétention administrative, sans téléphone ni aucune possibilité de se connecter avec le monde extérieur, toute la durée du match. Puis, a poursuivi le ministre, ces derniers seront reconduits au stade pour nettoyer les tribunes et contribuer aux travaux d’entretien. Là, il s’agit d’une façon, aux yeux de Ouahbi, d’inculquer les valeurs de civisme aux enfants pour les détourner de la voie de la délinquance.

A travers ces peines aménagées apportées par la réforme de la politique pénale, le ministère de tutelle espère mettre fin à un phénomène qui a semé la terreur dans les stades. Les actes de violences, aussi bien entre les supporters qu’entre les casseurs et les forces de l’ordre, sont devenus tellement fréquents qu’on parle d’un phénomène chronique.








🔴 Top News