Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Parents d’élèves VS écoles privées : fin du bras de fer ?


Rédigé par Kenza Aziouzi le Mardi 2 Juin 2020

L’interminable conflit entre les parents d’élèves et les écoles privées prévoit peut-être enfin un terrain d’entente, ou du moins, un aboutissement à cet affrontement, notamment par rapport aux frais de scolarité du 3ème trimestre 2020.



Pour rappel, suite à un appel du ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, les associations des parents d’élèves ont servi de médiateur afin d’apaiser les mœurs entre les établissements privés et les familles, compte tenu de la situation financière des deux parties en ces circonstances exceptionnelles de propagation du nouveau coronavirus.

A ce propos, le Président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves (FNAPEM), Noureddine Akkouri, a précisé que l’accent a été mis sur la situation financière des ménages à cause de l’état d’urgence sanitaire.

En effet, sur sa page Facebook, Amzazi a affirmé qu’il allait « intervenir auprès des autorités compétentes afin d’apporter une assistance aux employés du secteur privé touchés par les répercussions de la pandémie, notamment les éducatrices, chauffeurs et cuisiniers, entre autres ». Chose qui pourrait, selon Noureddine Akkouri, permettre aux écoles de réduire leur charge et, par conséquent, réduire les frais de scolarité exigés aux parents.

Il est à noter que le ministre de l’Education nationale Said Amzazi, avait, après plusieurs semaines d’attente, annoncé, le jeudi 21 mai, la décision relative aux secteurs qui ne sont pas considérés dans une situation de difficulté en raison de la pandémie Covid-19. Une décision qui avait mis fin à toute polémique sur la subvention des écoles privées. Cette mesure a poussé ces dernières à exiger aux familles de payer la totalité des frais.

Malgré la crise, certains font preuve de solidarité

Néanmoins, certaines écoles se montrent solidaires avec les parents d’élèves, comme c’est le cas du groupe scolaire Auguste Delacroix, située à Marrakech. La fondatrice avait signé une lettre dont l’objectif était de « de soutenir tous les parents d’élèves et de leur manifester ainsi notre soutien absolu ». Et c’est ainsi qu’elle s’exprime : « Nous voulons faire en sorte qu’aucune famille ne soit pénalisée et que chaque enfant puisse retrouver sereinement le chemin de l’école, parce que nous voulons être cohérent avec la philosophie de l’école, et malgré les difficultés qui touchent également notre établissement ».