Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Près de 600 Palestiniens détenus sans charges et sans procès


Rédigé par La rédaction le Mercredi 4 Mai 2022

Un rapport d’une ONG israélienne de défense des droits, HaMoked, dénonce la détention par Israël de 604 Palestiniens sans inculpation ni procès. La détention administrative est très rarement utilisée contre des juifs israéliens.



Israël détient plus de 600 personnes sans accusations ni procès, un record depuis 2016, a révélé lundi un rapport de HaMoked.

Le gouvernement d’Israël dit se servir de prétendues « détentions administratives » pour prévenir des attentats et maintenir en prison de dangereux combattants sans avoir à dévoiler d’importants renseignements classés secrets.

De leur côté, les Palestiniens et des organismes de défense dénoncent un système illégal qui viole le droit à un procès juste et équitable dans un délai raisonnable. Certaines des personnes détenues seraient privées de liberté pendant des mois, voire des années, sans qu’aucune preuve ne soit déposée contre elles.

La dernière fois qu'il y avait autant de détenus administratifs, c'était en octobre 2016, à la suite d'une recrudescence d’attaques au couteau et d’attentats à la voiture bélier, perpétrées par des Palestiniens vivant sous occupation.

Les périodes de détention durent 6 mois, mais sont renouvelables de manière indéterminée et conduisent souvent à des mois, voire des années de détention.

Selon Israël, cette détention administrative est utilisée pour contrecarrer des attaques, une procédure qui permet aux autorités de détenir des suspects tout en continuant à recueillir des preuves.

Un système abusif contournant les procédures classiques

Mais les Palestiniens et de nombreux groupes de défense des droits de l’homme dénoncent ce système et le qualifient de largement abusif tant il contourne une procédure judicaire classique et empêche un réel procès.

« C’est bien au-delà de ce qui peut être justifié en vertu du droit international », précise Jessica Montell, la directrice de l’ONG HaMoked, qui ajoute que ce type de détention peut être utilisé, mais dans de rares circonstances et pour des périodes très brèves. « Il y a parfois aussi des erreurs d’identité », précise-t-elle.

Plusieurs Palestiniens en détention administrative ont mené de longues grèves de la faim pour protester contre leur captivité. Certains d’entre eux ont ensuite développé des maladies chroniques. En guise de moyen de pression, les détenus « administratifs » et leurs avocats se livrent à un boycott des procédures du tribunal militaire israélien depuis le début de l’année. Les tribunaux doivent donc tenir leurs audiences sans leur présence, d’après ce qu’a révélé un autre groupe israélien de défense des droits de la personne, B’Tselem.

La Cisjordanie fait l’objet d’une occupation militaire israélienne depuis la prise de possession du territoire lors de la guerre des Six Jours en 1967. Les Palestiniens réclament ce territoire pour en faire la principale partie de leur éventuel État.

Les quelque trois millions de résidents du territoire palestinien sont soumis au système judiciaire militaire d’Israël, alors que près 500.000 colons juifs qui vivent parmi eux détiennent la citoyenneté israélienne et sont soumis aux tribunaux civils.
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 24 Mai 2022 - 16:38 L’OMS minimise le risque de propagation