Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Israël menace de démolir 18.000 maisons palestiniennes à Al Qods


le Mardi 25 Août 2020

Un haut responsable palestinien a déclaré que des milliers de maisons, appartenant à des Palestiniens à Al-Qods-occupée, sont menacées de démolition par les autorités israéliennes.



Palestine : Israël menace de démolir 18.000 maisons palestiniennes à Al Qods
Le gouverneur –adjoint de l’Autorité palestinienne Al-Qods, Abdullah Siam, a déclaré lundi à la radio de langue arabe Voice of Palestine que les tribunaux israéliens envisageaient d’accorder leur feu vert pour la démolition de quelque 18.000 maisons palestiniennes.

Il a ajouté que la mesure intervient à un moment où il y a un besoin de 15.000 logements dans la ville occupée.

Le Siam a comparé les démolitions des maisons palestiniennes à al-Qods, à un nettoyage ethnique s’inscrivant dans la politique de judaïsation de la ville occupée par le déplacement forcé de Palestiniens.

Les responsables israéliens ont émis près de 650 ordres de démolition contre des structures appartenant à des Palestiniens à al-Qods depuis le début de l’année en cours.

La démolition par Israël des maisons et des structures palestiniennes à al-Qods et ailleurs en Cisjordanie fait partie d’un plan du régime visant à étendre les colonies et à forcer les Palestiniens à quitter leurs maisons et leurs terres.

Les responsables israéliens disent que les ordres de démolition sont exécutés parce que les structures appartenant aux Palestiniens ont été construites sans les permis de construction requis.

Les Palestiniens, d’un autre côté, soutiennent qu’une telle autorisation est systématiquement refusée, forçant la construction sans licence.

Selon le groupe de défense des droits israélien B’tselem, Israël a démoli des centaines de maisons au fil des ans dans le cadre de la politique de «punition collective» du régime, laissant des milliers de Palestiniens sans abri.

Un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires publié en janvier a déclaré que l’année 2019 avait enregistré une augmentation de 45% des démolitions et des confiscations de maisons palestiniennes en Cisjordanie occupée par rapport à l’année précédente.

Les chiffres montrent qu’un total de 393 structures palestiniennes ont été détruites ou confisquées dans la zone C, qui est entièrement sous contrôle israélien, contre 271 structures en 2018, tandis que le nombre de Palestiniens déplacés de leurs foyers est également passé à 507 en 2019, contre 218 l’année précédente.

Les démolitions de maisons palestiniennes surviennent en même temps qu’Israël continue d’étendre les colonies sur les terres palestiniennes occupées. Plus de 600 000 Israéliens vivent dans plus de 230 colonies construites depuis l’occupation israélienne de 1967 des territoires palestiniens en Cisjordanie et à al-Qods.

Les colonies israéliennes en Cisjordanie sont considérées comme illégales au regard du droit international et constituent un obstacle majeur aux efforts de paix car elles sont construites sur des terres que les Palestiniens considèrent comme faisant partie de leur futur État.

Une base israélienne frappée par des ballons incendiaires

Par ailleurs, des médias israéliens ont rapporté que des ballons incendiaires lancés depuis la bande de Gaza assiégée ont frappé une base militaire dans les territoires occupés, sans fournir des détails sur le nombre de victimes possibles ou l’étendue des dégâts.

Le journal israélien en hébreu Maariv a déclaré lundi qu’un ballon, auquel était attaché un objet suspect, avait atterri dans une base militaire située dans la ville de Sderot, près de l’enclave côtière assiégée.

Le journal a ajouté que des unités de déminage israélien et des sapeurs militaires avaient été rapidement déployés sur le site.La chaîne de télévision israélienne Channel 12 a également confirmé lundi qu’un groupe de ballons incendiaires s’était écrasé sur une base de l’armée de l’air israélienne dans les territoires occupés.

L’incident est survenu quelques heures après que l’armée israélienne ait mené une nouvelle frappe aérienne contre Gaza.

Au cours des dernières semaines, la machine de guerre israélienne a pilonné différentes zones de Gaza, employant des avions de combat, des tirs d’artillerie, affirmant que les attaques étaient principalement en réponse à des ballons incendiaires envoyés par les Palestiniens de Gaza pour provoquer des tirs de brousse dans les parties sud des territoires sous l’occupation.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 24 Novembre 2020 - 22:34 Etats-Unis : Enfin, Trump jette l’éponge