Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Fin de cavale pour quatre des six Palestiniens évadés


Rédigé par La rédaction le Dimanche 12 Septembre 2021

Quatre des six Palestiniens évadés ont été repris. Deux autres étaient toujours dans la nature est âprement recherchés. Une fois dehors ils n’avaient pu recevoir aucune aide extérieure.



Palestine : Fin de cavale pour quatre des six Palestiniens évadés
Quatre des six Palestiniens qui s’étaient enfuis de la prison israélienne de Gilboa, ont été capturés dans la nuit de vendredi à samedi dans le nord de la Palestine. quelques jours après leur évasion spectaculaire faisant d’eux des «héros» aux yeux des Palestiniens.

Depuis leur évasion lundi matin de la prison de haute sécurité de Gilboa (nord), via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l’extérieur du bâtiment, les autorités israéliennes mènent une chasse à l’homme en Palestine et en Cisjordanie occupée, territoire d’origine des fugitifs où l’armée a déployé des renforts. Et les analyses et les rumeurs fusaient sur leur possible sortie du pays, en traversant la frontière avec la Jordanie voisine.

Mais quatre des fugitifs ont été arrêtés dans le nord d’Israël, à une trentaine de kilomètres de la prison. Vendredi soir, la police a annoncé l’arrestation à Nazareth, principale ville arabe du nord d’Israël, de deux membres du Jihad islamique: Yaqoub Qadri, 48 ans, et Mahmoud Abdullah Ardah, 45 ans, qui a passé les 25 dernières années en prison. Plus ancien détenu des six fugitifs, Mahmoud Ardah est d’ailleurs présenté par certains médias locaux comme l’architecte de l’évasion.

«Les forces de police les ont repérés et les ont poursuivis en hélicoptère », ont indiqué les forces de l’ordre, précisant que ces fugitifs avaient été arrêtés sans résistance dans le sud de Nazareth.

En quête de nourriture

Selon les médias israéliens, la police a été alertée par des habitants de Nazareth qui lui ont signalé la présence de deux hommes cherchant de la nourriture dans des poubelles. Samedi matin, Israël a annoncé avoir capturé deux autres fugitifs, Zakaria al-Zoubeidi, l’ancien chef de la branche armée du parti laïc Fatah dans le camp de Jénine et le plus connu des six évadés, et Mohammad Ardah, un membre du Jihad islamique.

Les deux hommes ont été arrêtés par les forces spéciales «alors qu’ils se cachaient dans un parking » du village arabe de Shibli Umm al-Ghanam, situé à une dizaine de kilomètres à l’est de Nazareth, a précisé la police. Le Jihad islamique, dont sont issus cinq des six prisonniers évadés, a affirmé dans un communiqué que l’arrestation des fugitifs n’allait «pas effacer» le fait l’»héroïsme» de leur acte, affirmant que toute tentative des autorités israéliennes de «se venger» sur ces prisonniers serait comprise comme une «déclaration de guerre».

De son côté, Hamas a salué aussi les «héros» du «tunnel de la liberté ». Et le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas a estimé que les nouvelles arrestations «du leader du Fatah, Zoubeidi, et de ses camarades ne ferait qu’augmenter la détermination» des Palestiniens contre l’occupation israélienne.

Dénoncés par leurs « frères »

Les forces de sécurité israéliennes pensent que les fugitifs palestiniens qui se sont échappés d’une prison de haute sécurité en début de semaine n’ont reçu aucune aide pendant leur cavale, selon des informations révélées samedi soir.

Cinq jours après l’évasion des six prisonniers, la police en a capturé deux à Nazareth vendredi soir, puis deux autres samedi, dans la ville voisine de Shibli-Umm al- Ghanam, dont le commandant d’Al Aqsa, Zakaria Zubeidi. Dans les deux cas, les Arabes israéliens qui ont rencontré les fugitifs les ont signalés aux autorités, contribuant ainsi à leur capture.

Après avoir interrogé les quatre prisonniers palestiniens, la police et les enquêteurs du service de sécurité du Shin Bet ont conclu qu’ils n’avaient pas eu de complice ni l’extérieur ni à l’intérieur de la prison de Gilboa, a rapporté Channel 12 samedi soir. La chaîne indique que les prisonniers évadés ont peut-être reçu une aide mineure de la part de passants, comme des vêtements ou de la nourriture, mais que rien de tout cela n’était prémédité. Si les premiers éléments de l’enquête laissaient penser que les prisonniers avaient bénéficié d’une aide extérieure et qu’un véhicule les attendait à leur sortie de prison, les autorités pensent désormais qu’ils ont agi seuls et se sont déplacés à pied pendant toute leur cavale.

Les six hommes auraient d’abord marché ensemble jusqu’à la ville arabe israélienne de Na’ura, avant de se séparer, selon la chaine israélienne Channel 12. Les enquêteurs pensent que si les fugitifs ont méticuleusement planifié leur évasion de la prison, ils n’avaient pas vraiment de plan clair à leur sortie. Les quatre hommes ont été présentés au tribunal du district nord de Nazareth, samedi soir, pour leur première audience après leur capture.

Les procureurs les accusent d’avoir planifié une attaque terroriste majeure après leur évasion, un crime passible d’une peine de 15 ans de prison. Une broutille pour des détenus condamnés à la perpétuité.

 

 

Ramallah a-t-elle proposé de l’aide à Israël ?

L’Autorité palestinienne aurait accepté de coopérer avec Israël pour localiser et appréhender les six prisonniers de sécurité qui se sont échappés de la prison de Gilboa (nord) lundi dernier, selon la chaine israélienne I24 qui cite le journal libanais Al Akhbar. Selon le journal, basé à Beyrouth, l’Autorité palestinienne avait même commencé à travailler avec les forces israéliennes pour localiser les fugitifs.

Bien que Ramallah ait officiellement refusé de participer aux efforts d’Israël pour capturer les prisonniers en fuite, Al Akhbar soutient qu’il y a deux jours, de hauts responsables du comité central du parti au pouvoir, le Fatah, ont tenu des discussions avec des responsables de la sécurité de l’Autorité palestinienne. Au terme des débats, les deux parties ont finalement décidé de coopérer avec Israël.

Cette décision aurait été prise en raison de la crainte qu’une opération israélienne majeure visant à attraper les fugitifs ne conduise à une escalade de la violence en Cisjordanie, et ne fasse dérailler la coopération entre Israël et l’Autorité palestinienne visant à soutenir l’économie arabe dans la région.

À Ramallah, les responsables palestiniens redoutent également que les six terroristes en fuite ne soient tués par les forces israéliennes, ce qui pourrait entraîner une flambée de violence, selon la même source. Par ailleurs, le ministre de la Défense Benny Gantz a souligné vendredi qu’Israël «poursuit ses échanges avec l’Autorité palestinienne», laissant entendre que les deux entités coopèrent effectivement pour retrouver les fugitifs.