Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Oxford Business Group: La crise du Covid-19, un accélérateur de numérisation pour le Maroc


Rédigé par CHANNAJE le Mercredi 14 Avril 2021

Covid-19 permet au Maroc d’accélérer la numérisation. Cependant, une approche active et participative de la transformation numérique couvrant tous les secteurs économiques et toutes les régions doit être adoptée.



La crise économique et sanitaire causée dans le monde par Covid-19 a perturbé les systèmes commerciaux des administrations et des entreprises des secteurs public et privé, les forçant à passer rapidement au télétravail. Les mêmes tendances ont été observées au Maroc. Au plus fort de la pandémie, Oxford Business Group (OBG) estime que sept salariés sur dix travaillaient à domicile. « Dans ces conditions, la transformation numérique n'était plus un choix mais une nécessité pour les entreprises d'exercer leurs activités dans des conditions sûres. Cependant, avant de procéder à une telle transformation, les entrepreneurs et les entreprises ont dû définir leurs besoins afin de se doter des bons outils numériques », souligne le think tank britannique dans son nouveau rapport sur l’impact de la pandémie sur la numérisation au Maroc.

Grâce à Covid-19, de nombreuses entreprises sont devenues même plus conscientes de la transition accélérée vers les solutions numériques du secteur public. « Outre l'amélioration des infrastructures à large bande et l'accès à l'éducation, le Royaume a donné la priorité à la promotion de la numérisation des processus commerciaux dans les secteurs public et privé et à la réduction de la fracture numérique entre les zones urbaines et rurales du pays », explique le rapport, publié en partenariat avec l’Agence de Développement du Digital (ADD).

Guichet électronique des courriers

En vue d’accompagner cette dynamique, il a été procédé à la création du guichet électronique des courriers qui a permis aux administrations et organismes publics de gérer électroniquement le courrier afin de limiter l'échange physique de documents. 
L’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) utilise la plateforme pour envoyer par exemple des lettres avec accusé de réception. L'ONSSA a également numérisé la délivrance des certificats phytosanitaires nécessaires à la commercialisation des produits agroalimentaires, car la délivrance numérique est plus rapide, plus sûre et moins coûteuse.
Un autre exemple cité par OBG concerne la plate-forme de l'Agence Nationale des Ports, PortNet, qui a également élargi sa portée numérique pendant la pandémie. Environ 120 services ont été rendus numériques, donnant à 55.000 utilisateurs l'accès à la couverture nationale des points commerciaux transfrontaliers maritimes, aériens et terrestres. 
En plus de simplifier et de réorganiser les procédures administratives et non administratives nécessaires à l'importation et à l'exportation, la pandémie a déclenché le développement de six nouveaux services numériques sur la plateforme, ainsi qu'un nouveau système de paiement électronique.

Faire des affaires numériquement

Par ailleurs, le rapport d’OBG, de 31 pages, indique que le Maroc a enregistré, entre 2011 et 2020, une augmentation considérable de 101 places dans la catégorie des impôts à payer du classement «Doing Business» de la Banque Mondiale, suite à la numérisation de la collecte des recettes et à l'alignement des taux d'imposition locaux sur les normes internationales. Cette tendance positive devrait se poursuivre pendant et après la pandémie à mesure que de plus en plus de services gouvernementaux aux entreprises passeront en ligne, estime le think tank britannique, basé à Londres.
«En tant que propriétaire d'entreprise, je n'ai pas mis les pieds dans un bureau des impôts gouvernementaux ou de la Caisse nationale de sécurité sociale au cours des 10 dernières années - tout se fait en ligne», a déclaré à OBG Smael Sebti, PDG d’une société de marketing et de technologie numérique. «En raison de la pandémie, je peux désormais accéder au crédit à distance. Bien qu’il reste encore du travail à faire, les services d’administration électronique pour les entreprises sont devenus plus progressifs et efficaces».
Le classement général du Maroc, quant à la facilité de faire des affaires, est passé de la 60ème place sur 190 économies en 2019 à la 53ème en 2020. Cette performance a été principalement attribuée à l'adoption plus large des solutions numériques dans le secteur public. 

Un écosystème financier numérique

OBG indique, en outre, qu’en raison de la pandémie, le Maroc est devenu ouvert aux paiements sans numéraire. Avant Covid-19, environ 90% de l'utilisation des cartes était destinée au retrait d'espèces aux guichets automatiques. Désormais, les paiements sans contact, les transactions en ligne et les canaux innovants de capture de revenus sont monnaie courante. La place de marché en ligne Jumia, par exemple, propose des paiements par carte à l'encaissement pour compléter les espèces. Pour renforcer ces activités, le Centre Monétique Interbancaire (CMI) a déployé un nouveau service de paiement mobile interopérable qui utilise un code QR pour identifier le commerçant et l'acheteur afin de permettre des transactions plus rationalisées.

Le nombre de transactions nationales de paiement en ligne a augmenté de 45% en 2020, passant de 9,4 millions à 13,7 millions, et de 29,6% en valeur, de 4,4 milliards de dirhams à 5,7 milliards de dirhams. Il y a également eu un boom des paiements sans contact. 

D’après OBG, cet élan de la transformation numérique devrait persister, car davantage de Marocains sont désormais à l'aise avec le télétravail et l’enseignement à distance en raison de la crise sanitaire. 

De plus, le gouvernement continue de promulguer des mesures pour contenir la propagation du virus si nécessaire.
Pourtant, pour aller de l’avant, le think tank londonien pense que la transformation numérique du Royaume devrait également inclure un aspect humain. « Si les gestionnaires peuvent créer une culture émotionnelle positive qui surveille la santé mentale des employés pendant l'utilisation à long terme des plates-formes numériques, ils peuvent empêcher les travailleurs de devenir dépassés ou de se sentir épuisés, tout en s'assurant qu'ils maîtrisent les compétences dont ils ont besoin pour réussir et devenir un membre de l'équipe qui contribue », est-il expliqué.

Pour conclure, OBG estime que le Maroc est appelé à adopter une approche active et participative de la transformation numérique, en mettant en œuvre une stratégie axée à la fois sur les entreprises et les citoyens, et couvrant tous les secteurs économiques et toutes les régions.

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Mai 2021 - 11:57 L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus