Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Oxford Business Group : Au Maroc, une réponse au Covid-19 internationalement saluée


Rédigé par A. CHANNAJE le Mardi 26 Mai 2020

Oxford Business Group (OBG) vient de publier une note portant sur une analyse des principales mesures prises par le Maroc contre le Coronavirus, et qui ont été saluées fin avril par l’Union Européenne pour sa rapidité, son efficacité et sa coordination.



Oxford Business Group  : Au Maroc, une réponse au Covid-19 internationalement saluée
 Le vaste programme de mesures mis en place semble avoir porté ses fruits», souligne le cabinet d’intelligence économique, basé à Londres. Le pays a été l’un des premiers de la région MENA à instaurer des mesures strictes de confinement : les écoles ont été fermées le 13 mars et un état d’urgence déclaré le 19 mars, prolongé ultérieurement jusqu’au 10 juin, souligne OBG dans une récente note intitulée : « Au Maroc, une réponse au Covid-19 internationalement saluée ».

Autre mesure saluée par l’UE et d’autres organisations telle le Parlement panafricain : proposition de SM le Roi de lancer une initiative africaine afin de mutualiser les connaissances et les ressources dans la lutte contre le virus.

Il s’agit aussi du lancement du Fonds Spécial pour la Gestion de la Pandémie du Covid-19 destiné à moderniser les infrastructures de santé et à soutenir les secteurs économiques les plus touchés.

Comme l’a déjà expliqué OBG en détail, une vaste mobilisation de l’industrie a constitué l’un des éléments centraux de la réponse du Maroc au Covid-19.

Pendant cette période, plus de 400 000 emplois ont été créés et 54 systèmes industriels ont été mis en place, notamment dans les secteurs de l’automobile, du textile et de l’aéronautique.

La filière textile se lance dans la confection de masques

De même, le secteur textile a joué un rôle particulièrement important. Plusieurs initiatives ont vu le jour. Par exemple, de nombreuses entreprises de textile et d’habillement se sont lancées, début mars, dans la fabrication de masques médicaux, visant une capacité de production de 5 millions d’unités à la mi-avril.

Les mesures prises dans le domaine de santé sont également saluées par l’UE. « Peu de temps après l’entrée en vigueur du confinement, l’Université Internationale de Rabat a commencé à produire et à distribuer des masques aux hôpitaux, tout en s’attelant à l’élaboration d’un type de masque plus durable. ».

Des solutions sans contact ouvrent la voie à un avenir numérique

La réponse marocaine au Covid-19 s’est illustrée aussi par le déploiement d’interfaces numériques adaptatives. OBG cite l’exemple d’une plate-forme d’e-learning mise en place par le ministère de l’Education afin d’assurer la continuité éducative.

Des préoccupations ont toutefois été exprimées quant au nombre limité d’élèves disposant d’un accès au numérique. En partie pour tenter de répondre à de telles préoccupations, la télévision et la radio publique programment également des contenus pédagogiques, indique la même source.

Par ailleurs, pour faciliter les échanges commerciaux, les formalités douanières peuvent désormais être effectuées en ligne sur PortNet, un guichet unique des procédures du commerce international.

En outre, des applications sont également utilisées pour venir en aide plus spécifiquement à des pans vulnérables de la population.

OBG note, toutefois, que les femmes risquent fort d’être impactées de manière disproportionnée par les conséquences économiques de la pandémie. C’est ce qui a poussé la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) de lancer une série de formations en ligne destinées à renforcer leurs compétences en marketing numérique et en gestion de crise dans le contexte de la pandémie.En somme, poursuit la même source, plus de 2,4 millions de Marocains travaillent dans le secteur informel et risquent donc d’être particulièrement impactés par la crise. 

Pour répondre à ce problème, souligne la même source, peu après le début du confinement, le Comité de Veille Economique a mis en place une base de données numérique où peuvent s’inscrire les personnes non affiliées à la sécurité sociale afin de bénéficier d’aides financières.

OBG estime que cette initiative pourrait, à l’avenir, être mise à profit afin d’intégrer plus de travailleurs du secteur informel dans l’économie formelle.

A. CHANNAJE