L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Régions

Oualidia : Témoignage édifiant d’un journaliste britannique impressionné


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Mardi 26 Avril 2022

L’éloge n’est pas toujours l’apanage de certaines villes du royaume, comme Marrakech, Tanger ou encore Agadir. Preuve en est ce témoignage édifiant d’un journaliste britannique, lors d’un séjour qu’il a effectué récemment à Oualidia.



En effet, dans sa chronique intitulée « Sit back, relax and enjoy the perfect winter escape in Morocco », John Anson rend un vibrant hommage aux célèbres huîtres de Oualidia qui se dégustent « aromatisées avec une pincée de citron vert et une touche de vinaigre », face une magnifique « Beach View ». Et d’expliquer « La gastronomie de la ville grâce à l’aquaculture des huîtres et autres coquillages a donné une grande renommée à la ville. On vient à Oualidia pour ces plateaux de fruits de mer, la dégustation d’oursin, les barbecues improvisés sur la plage. Au bord de la mer vous découvrirez de nombreux restaurants proposant à leur carte des produits de la mer… ».

Le voyageur et fin gourmet, ajoute-t-il, préfère ainsi tourner le dos aux traditionnels « tajines de poulet au citron », ou à "l'agneau épicé ras el hanout », pour succomber à la spécialité de Oualidia, « connue comme la capitale des huîtres du Maroc et l'une des deux seules régions qui les cultivent dans le pays ».
 
Aux plaisirs de la table, se joint bien sûr la beauté du paysage décrite par le journaliste anglais de façon aussi élogieuse que poétique: « La plage - notre lieu de déjeuner sous une canopée - s'incurve au loin, rencontrant une pause naturelle créant la baie protégée et pittoresque d'Oualidia, bordée de généreux sables dorés et d'un banc de sable surélevé au centre, où les vagues douces roulent et les vagues de l'Atlantique de taille se brisent contre la crête rocheuse… »

Toutefois, relève l’auteur, si Oualidia est épargnée par le tourisme de masse, l’endroit est bien connu d’un certain tourisme marocain haut de gamme, « des gens aisés de Marrakech et de Casablanca qui se sont échappés le week-end dans leurs maisons de vacances aux volets bleus blanchis à la chaux ».

Mieux encore, enchaîne le journaliste britannique,  Oualidia, c’est aussi ce « lagon protégé (qui) possède un écosystème riche, avec 400 espèces d'oiseaux venant se nourrir en automne et au printemps », et plus loin, « les flamants roses s'équilibrent dans les marais salants à mi-migration de l'Espagne vers l'Afrique subsaharienne ».
 
Joignant l’utile à l’agréable, cette belle station balnéaire est aussi le fief du surf, car, mentionne-t-il, « les vagues douces et ondulantes à l'intérieur de la baie d'Oualidia sont suffisamment sûres pour les débutants ». Les saisons intermédiaires combinent le meilleur de ce que ce coin unique du Maroc a à offrir: « la garantie d'un beau temps sans chaleur étouffante, pas de foule et une culture très différente - à moins de trois heures et demie du Royaume-Uni  », conclut le chroniqueur britannique. 



Mohamed LOKHNATI 

 



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 28 Novembre 2022 - 16:59 Casablanca / Congrès : Et de 3 pour la FNCV !







🔴 Top News