Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Omnisports : Courrier du Nord-Est


Rédigé par A. CHRAIBI le Mercredi 10 Février 2021

Rendez-vous hebdomadaire des indiscrétions et des dernières nouvelles du sport dans la région de Fès-Meknès



Madame Fatiha Azzou, docteur en médecine sportive, au micro de « Hatta-La-Nanssa ». Ph. Laglag
Madame Fatiha Azzou, docteur en médecine sportive, au micro de « Hatta-La-Nanssa ». Ph. Laglag
*Dans le domaine des sports, qui concerne aussi bien les jeunes que les moins jeunes, aucune réalisation n’a été faite dans une cité qui a donné plusieurs compétences dans tous les domaines. Les terrains de proximité qui sont nombreux dans d’autres villes, surtout dans les quartiers qui sont peuplés à majorité jeunes, à Meknès une seule réalisation digne de ce nom a vu le jour. Pour ce qui est des salles de sports, Meknès ne possède qu’une seule salle «Al Massira » digne de ce nom, celle de Sidi Baba a été conçue sans consulter les connaisseurs.

*Pour les terrains de football, allez-y demander aux jeunes des quartiers Sidi-Amer, B.M.O, Kasbat, Haddrach, Beni M’hamed, Zitoune, Bassatine, etc. ils n’ont pas où s’adonner à leur sport favori, tout a été démoli et transformé en béton. Aucun espace pour ces jeunes pour pratiquer du sport ce qu’on appelle pompeusement stades sont dans un état lamentable (complexe sportif de la Paix). Les conséquences de l’ignorance de cette activité importante qu’est le sport, est condamnable à plus d’un titre car ses conséquences sont multiples en particulier sur la santé morale et physique des jeunes même des moins jeunes pour lesquels elle constitue un passe-temps et une occupation saine.

*Attention, ce n’est point de gaité de cœur comme pourraient le penser certains, mais avec une profonde amertume que j’ai été appelé à soulever ces problèmes dans ce courrier car personne n’a pris la moindre initiative sérieuse dans le sens du développement de notre cité et du bien-être de ses habitants surtout les jeunes.

*Enfin, les protégés du jeune cadre Chkilet ont pu arracher une précieuse victoire à Fès au stade Hassan II face à l’équipe du TAS (2-1). C’était leur 2ème victoire de la saison avec 3 nuls et 4 défaites soit 9 points avec un retard de 7 points sur la jeunesse sportive de Soualem 16 points. Est-ce le déclic des hommes de M. Jamaï? Je pense que oui. *Le MAS qui a repris sa place en 1ère division professionnelle, a pu s’atteler les services du talentueux attaquant du MAT Ayoub Lakhal qui était convoité sérieusement par le WAC. Ayoub a signé pour deux saisons contre 320 millions de nos centimes pour le MAT.

*Le président du MAS, M. Ismaïl Jamaï a signé un contrat de sponsoring avec le MAT au nom du groupe immobilier dont il est le vice-président, et ce, pour deux saisons contre la somme de 500.000 dhs par saison sportive. Ainsi, M. Ismaïl bouge pour aider les autres clubs en plus de son MAS bien aimé qui ne souffre de rien et qui vise son retour pour retrouver les titres (coupe et championnat).

*En championnat de seconde division professionnelle, le club C.A Khénifra est allé accrocher l’I.Z Khémisset chez lui (1-1). Les protégés de Lamrini sont toujours décidés à ne point céder et à poursuivre leur but, à savoir le retour chez les grands, actuellement 3ème avec 14 points, les Zayanis peuvent toujours prétendre.

*L’émission bi-mensuelle de la Radio Medina FM « Hatta La Nanssa » a invité Madame Fatiha Azzou, Docteur en médecine sportive, membre de l’alliance Mohammadia des Oulémas, coordinatrice de la section « La femme et les affaires de la société au conseil des Oulémas de Meknès » et membre aussi de l’Association Marocaine pour la défense contre l’utilisation de la cigarette et de la drogue.

*Docteur Fatiha Azzou, a parlé lors de cette émission du manque de médecins dans cette discipline et des conséquences graves sur la santé de notre jeunesse et de leur pratique du sport dans des conditions peu conseillées. Aussi du manque de facultés pour la formation de ces médecins. Madame Fatiha a conseillé la présence de médecin spécialiste dans le banc des clubs sportifs et a soulevé beaucoup d’autres problèmes se rapportant aux infrastructures dans les salles de sports et la présence de cadres qualifiés. L’émission a été très suivie.

*Les footballeurs du CODM se sont rattrapés de leur cuisante défaite devant Al Mansouria (4-0), en infligeant une défaite prometteuse au Mouloudia de Dakhla (2-0) dans les 5 dernières minutes grâce à deux beaux buts de Sendague (85ème et 89ème minutes) et au pressing des joueurs locaux sur instruction du coach Touta qui a confirmé ses compétences.

*Par cette probante victoire contre le Mouloudia de Dakhla (2-0) le CODM poursuit la chasse de la 1ère place du championnat excellence amateur et prouve qu’il est décidé cette saison à chercher son retour en Nationale II professionnelle malgré toutes les prétentions des autre formations surtout Al Mansouria vainqueur d’El Aiyoun (1-0) chez lui.

*La prochaine rencontre des Codémistes va avoir lieu à Al-Hoceima contre le Chabab Rif, lanterne rouge. Ce match doit être pris au sérieux par les protégés de Touta pour garder contact avec le groupe de tête, une victoire s’impose. N’est-ce pas Sendague ?

Le sport en voie de disparition à Meknès ? 
Ce qui a été fait du terrain ex Lafayette qui était spécialement conçu par les Français pour pratique du handball, a été transformé en un terrain gazonné pour le mini-foot pour soutirer de l’argent des pauvres pratiquants de cette discipline, et priver les jeunes handballeurs de leur sport favori le hand qui a donné les frères Bouhaddioui, les Daif, les frères Alami et on en passe. Est-ce que quelqu’un des responsables a agi pour dire « Allah-Oumma hada mounkar ? ». Non, la jeunesse de cette ville ne les intéresse nullement et c’est dommage. Les diverses disciplines sportives sont à l’agonie et si les décisions énergiques ne sont pas prises d’urgence, le sport à Meknès est voué à disparaitre de notre ville. Demander à M. Abdelkrim Riffai ce que lui coûte la présidence du volley et il se trouve saboter par ceux de la natation. Nous sommes devenus la ville de tous les excès.

  


Dans la même rubrique :
< >