Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Omar Radi refuse son audience à distance et réclame un procès en présentiel


le Mercredi 28 Avril 2021

Le journaliste Omar Al-Radi accusé de «viol, de financements étrangers et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État» a refusé une audience en vioconférence devant la chambre criminelle de la Cour d’Appel de Casablanca.



Le journaliste a fait savoir qu’il ne souhaitait pas effectuer un procès à distance lors d’une séance qui s’est effectuée par visioconférence. En effet, M. Radi a déclaré qu’il pensait qu’il aurait un procès en présentiel en le transférant de la prison locale d’Oukacha-Casablanca, où il est incarcéré depuis juillet 2020, au tribunal correctionnel de Casablanca. Le choix de tenir l’audience à distance a motivé Radi à annoncer son retrait de la séance. 
 
Le procureur général adjoint a expliqué ne pas avoir autorisé la présence du prévenu lors de son audience, en raison du contexte pandémique et des procédures qui sont mises en place. Toutefois, la défense et les proches du journaliste ont fustigé cette décision, ajoutant qu’ils n’en avaient pas été prévenus. De même pour le bâtonnier Abderrahmane Benamrou qui estime qu’un procès à distance ne respecte pas la procédure pénale, poursuivant que l’audience doit s’effectuer en présence de la cour.

À la suite de l’audience, plusieurs individus, ainsi que l’entourage d’Omar Radi se sont réunis devant la cour d’appel de Casablanca, en scandant des slogans qui réclament la libération du journaliste en grève de la faim depuis le 9 avril. Les manifestants ont exprimé leur colère au sujet de l’emprisonnement de M. Radi qui selon eux serait lié à ses opinions politiques qu’il affichait librement.

Pour l’heure, le procès a été retardé jusqu’au 18 mai prochain.

  


Dans la même rubrique :
< >