Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Noureddine Akkouri : « Quel que soit le contenu du manuel scolaire, si l’enseignant est compétent, il réussira à transmettre l’information »

Entretien avec le Président de la Fédération des Parents d’Elèves


Rédigé par Safaa KSAANI le Dimanche 25 Octobre 2020

Les changements des manuels scolaires inquiètent certains parents d’élèves. Noureddine El Akkouri
les rassure que quel que soit le manuel scolaire, les objectifs éducatifs peuvent être atteints.



Noureddine Akkouri
Noureddine Akkouri
- Cette année, certains parents d’élèves ont vu les manuels scolaires changer, quelques jours après la rentrée scolaire. Est-ce que la faute incombe aux librairies ou aux éditeurs ?
- Comme vous le savez, l’offre des manuels scolaires est liée à la demande. Cette année, la rentrée scolaire est particulière.La question de la formule d’enseignement à adopter s’est posée avec acuité. Les éditeurs se posaient la question de l’utilité d’imprimer les nouveaux manuels scolaires s’ils ne seraient pas vendus en cas d’enseignement à distance. Donc, ces manuels ont été distribués tard. C’est là où le problème s’est posé entre les éditeurs et les libraires. Les manuels qui devaient être distribués l’année dernière, l’ont été récemment, et à la dernière minute.

- A votre avis, le manuel scolaire est-il adapté aux circonstances actuelles ?
- Les éditeurs auraient pu créer de nouveaux manuels scolaires, spécifiques, et adaptés aux deux formules pédagogiques, en l’occurrence l’enseignement à distance et en présentiel, au profit des élèves et des enseignants. De leur côté, des parents d’élèves défendent l’idée du changement des manuels scolaires de façon à ce qu’ils s’adaptent aux évolutions technologiques et aux mutations sociétales. 

- Les changements qui atteignent les manuels scolaires touchent également le programme scolaire ?
- Il faut d’abord faire la différence entre les programmes et les manuels. Le programme scolaire est un document de 60 pages, publié par le ministère de l’Education Nationale, en respect des dispositions de la Constitution et de la vision stratégique 2015-2030. Ce document arrête des objectifs. Ces derniers doivent être atteints dans les classes. Le manuel scolaire est rédigé par un groupe d’éditeurs, spécialisés dans les sciences de l’éducation et de la didactique. Actuellement, les manuels scolaires des première, deuxième, troisième et quatrième années du primaire ont connu de légères modifications, toujours dans le respect des objectifs arrêtés dans le programme scolaire. Il n’y avait pas de changement radical. 

- Quel est le rôle de l’enseignant, face aux changements fréquents des manuels scolaires ?
A mon sens, quel que soit le contenu du manuel scolaire, si l’enseignant est compétent, il réussira à transmettre l’information et concrétiser les objectifs arrêtés dans le programme scolaire. L’enseignant a un rôle primordial, celui de traduire le contenu des manuels scolaires en classe. Pour ce faire, il doit être compétent et formé convenablement. S’il y a une faille au niveau du système scolaire marocain, c’est au niveau des cours en classe. 

- Au niveau de la Fédération des Parents d’Elèves, qu’est-ce qui est fait face à ces changements ?
- Nous demandons que les objectifs du programme scolaire soient atteints de la façon la plus fluide, et que les enseignants bénéficient de formations continues pour apprendre à les atteindre. D’un autre côté, les parents doivent comprendre que les changements qui touchent les manuels scolaires, pour les adapter aux caractéristiques de chaque région, par exemple, ne portent pas atteinte aux objectifs arrêtés dans le programme scolaire.

Recueillis par
Safaa KSAANI 

Manuels scolaires

Finis les temps de la récupération
Si, il y a quelques années, les élèves utilisaient les manuels scolaires de leurs aînés pour étudier, cette habitude semble disparaître graduellement, et plus particulièrement cette année. Pire, les parents d’élèves se sont trouvés obligés d’acheter des manuels avant de les voir changés et de devoir racheter les nouvelles éditions. En ces temps de crise liée à la pandémie, les parents ont mis la main à la poche, à deux reprises. Ils ont eu des dépenses supplémentaires, dont ils auraient très bien pu se passer. Le quotidien Al Massae explique, dans son édition du lundi 19 octobre, que les parents ont été poussés à acheter les manuels disponibles dans les librairies, qui ne sont que l’édition de 2019. Ceux de 2020 n’étaient prêts qu’à la dernière minute.

Or, aux yeux du Président de la Fédération des Parents d’Elèves, Noureddine El Akouri, les quelques changements que connaissent les manuels scolaires ne concernent pas les objectifs arrêtés dans le programme scolaire, document officiel qui régit le travail de l’enseignant.

Pour leur part, les libraires considèrent que c’est une perte. Ils ne peuvent plus écouler les éditions en stock à la rentrée suivante. La dernière fois qu’ils sont montés au créneau, rappelle le quotidien, c’était il y a deux ans, où l’association des libraires s’est plainte de «connivences» entre les sociétés éditrices des manuels scolaires et les services du MEN.

S. K.

Repères

30 millions de manuels sont imprimés annuellement
Sur le plan quantitatif, quelque 30 millions de manuels sont annuellement imprimés en cas de non-révision des manuels scolaires. On estime à 70 millions le nombre de manuels scolaires qui circulent dans les écoles. Quant au chiffre d’affaires du livre scolaire, il est estimé entre 400 et 500 MDH. Ce montant augmente en cas de révision des manuels. Globalement, le chiffre d’affaires de la rentrée scolaire tourne autour de 1 MMDH (livres, fourniture, cartables…).
Les élèves n’ont pas échappé à la contamination au Covid-19
Dès le début de la rentrée scolaire, les établissements scolaires du Royaume ont enregistré 1400 cas de contamination au Coronavirus parmi les élèves. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Education nationale Saaïd Amzazi à la Chambre des Représentants, le 13 octobre, précisant que près de 9 millions d’élèves, dont 700.000 nouveaux, ont été inscrits pour la rentrée scolaire 2020-2021, et dont un million sont inscrits dans les écoles privées. Suite à l’apparition des cas de Covid-19, plusieurs établissements scolaires ont été dans l’obligation de cesser les cours en présentiel et passer à l’enseignement à distance.